American Gods, de Neil Gaiman

51s8nymjzwl.jpg

 Je préfère le mentionner tout de suite, je suis en admiration devant l’oeuvre et le processus créatif de Neil Gaiman! Je l’ai d’ailleurs découvert avec ce roman, American gods, qui reste un bon gros pavé dans sa bibliographie. Neil Gaiman est toutefois connu pour son comic book Sandman, une création unique et incroyablement riche, puisant dans un nombre incroyable de sources folkloriques du monde entier. En tant que romancier, le Monsieur n’est pas en reste, avec des livres comme De bons présages, écrit à deux mains avec Terry Pratchet, ou encore Stardust, adapté cinématographiquement, ainsi que Coraline ou Mirrormask… Je reviendrai sur son oeuvre dans divers articles.

American gods se focalise sur le voyage initiatique d’un dénommé Ombre, que nous rencontrons à sa sortie de prison, et qui se trouve des ennuis bien ordinaires, avant que tout se mette à basculer et à l’entraîner dans un périple digne des héros mythologiques. Dans ce roman, les anciens dieux du vieux continent ont su vivoter parmi les incroyants et les incultes, mais ils se heurtent à de nouvelles divinités, aussi éphémères qu’arrogantes, comme les dieux des avions ou des automobiles. Une grande guerre se prépare, et Ombre se retrouve au beau milieu d’un conflit en mesure d’oblitérer la création.

Contrairement aux récits épiques impliquant des dieux, les déités de Neil Gaiman ont bien trop côtoyées l’homme moderne, se fondant dans la foule pour en adopter tous les travers. Seuls quelques-uns conservent encore des vestiges de leur puissance d’antan, et Ombre croise de bien dangereuses entités durant son voyage. Les dieux sont moqueurs, mauvais, irrascibles, mais conservent encore en eux de leur grandeur passée. Quelqu’un tire les ficelles dans l’ombre, cherchant à provoquer la guerre, et toute l’intrigue se révèle bien orchestrée jusqu’à la fin du livre. Les aventures d’Ombre se poursuivent dans une nouvelle, Monarch of the Glen, et un autre roman prolonge le plaisir à se trouver dans l’univers d’American gods, c’est Anansi boys.

Je recommande fortement la lecture de ce livre, l’auteur y excelle dans son style si particulier et bon nombre de tirades divines sont particulièrement savoureuses. D’autres oeuvres sont à découvrir,  comme Neverwhere ou encore les comic book Mister Punch, Black orchid ou encore Death, mais je vais consacrer quelques articles à Môssieur Neil Gaiman.

3 commentaires sur “American Gods, de Neil Gaiman

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :