Ne sommes-nous pas allé trop loin?

Afficher l'image d'origine

Quand je lis ou visionne des choses science-fictionnesques, j’y trouve souvent des sociétés dominées par des méga-corporations ayant un contrôle absolu sur leurs employés, et contrôlant l’ensemble des ressources disponibles. C’est toujours un peu inquiétant, en effet, mais le temps passant, je peine à faire le distingo entre ces avenirs dystopiques et notre monde globalisé actuel. Oh oui, le chef de ces vilaines sociétés, un méchant bien stéréotypé, sers toujours de repoussoir et empêche la comparaison avec nos dirigeants actuels, finalement plutôt pitoyables quand on y pense, mais tout de même, les techniques de manipulation de masses, les médias asservis au pouvoir dominant, l’impossibilité du péon moyen à pouvoir influer sur son environnement sociétal… Moui, tout cela pue un peu.

J’y pense souvent, à ce monde que nous détruisons à petit feu – Et pourtant je clic pour pleins de pétitions! – Et depuis un moment, il y a cette notion de nation qui me turlupine. Le nationalisme, le patriotisme, ce sont des mots très laids, réservés aux méchants tout à droite, sauf en période électorale, où là ça va, on peut les prononcer pour s’exalter de… Quoi? Le Français, le Français, oui et alors? Il est con? Il a de super ancêtres d’il y a quatre cents ans? Me considérer comme un citoyen du monde me rends triste, car j’ai vu le t-shirt et le mug à ce propos. Et si, appartenir à un groupe de plusieurs dizaines de millions d’habitants ne signifiait rien? Parce que j’en suis actuellement au point où entendre La Fraaance me hérisse le poil. La France, c’est un mot que tous les politiciens et leurs amis industriels nous proposent pour nous faire gonfler l’orgueil, pour nous envoyer faire la guerre contre des vilains pas beaux à qui nos amis ont vendus les armes qui nous tuent même chez nous. La France, c’est l’outil qui permet à ces mêmes politiciens professionnels de désigner l’Europe, elle aussi une vilaine pas belle, comme source de tous nos problèmes – Bon en fait là pour le coup, ce n’est pas faux – Alors qu’eux-mêmes sont à ses ordres et votent lois et ordonnances (et parfois en cachette en plein été) favorisant les puissants, brisant les vies de nous autres, les pas-du-tout-puissants.

Mais bon, il y aura toujours des humains désireux de diriger les autres, d’avoir un ascendant sur leur prochain. Là on parle de révolution parce que nos hommes politiques sont vraiment méchants et vilains, mais en filigrane des tweets, des messages, on peut déjà voir la génération suivante de ceux qui sauront mieux que nous quoi faire. C’est comme ça, à nous d’être vigilants, et d’avoir toujours un tonneau de goudron et un autre de plumes.

Ne sommes-nous pas allé trop loins? C’est mon questionnement de mes quarante ans, concernant nos sociétés un peu pourries, il faut bien l’admettre. Et si nous décidions d’en revenir à des regroupements moins important de gens? Parce que pour moi la France, c’est essentiellement une occasion de payer moins chères des billets d’avion, et de ne pas avoir à apprendre l’ouzbèque pour communiquer. Autrement, le truc du nos régions ont du talent, oui, je suis bien d’accord, et je me régale de toute forme d’artisanat, mais le fromager du Poitou aura toujours la même technique, qu’il soit français ou poitevin. Je ne vois pas de taille idéale pour cette communauté autonome, mais comme nous l’apprend l’Histoire, les annexions successives qui amenèrent la création des nations actuelles furent toujours motivées par l’ambition des puissants, du plus petit nombre, et que ce soit la religion ou ce foutue patriotisme, les outils ont toujours été les mêmes, jouant sur des cordes sensibles inculquées dès la naissance.

Avec ce capitalisme néo-libéralisé de merde, nous repartons pour une tournée médiévale à base de croisades et de menaces sur nos âmes. Non? C’est nous qui partons faire la guerre dans des contrées lointaines, où nos hautes valeurs morales doivent prévaloir sur celles des méchants – Qui accessoirement ont toujours du pétrole ou d’autres ressources sur leurs territoires – Et il y a aussi… La CROISSANCE!!! Ah oui, jadis nos bons seigneurs et maîtres promettaient le paradis aux gueux, maintenant il s’agit de tous oeuvrer pour que croisse la croissance! Ah oui, une chose qui caractérise tout de même le français; Sa capacité à l’oubli. Oui parce que par rapport à cette Croissance, apparemment, des gens payés très très chères l’estiment à la hausse en début d’année, puis révisent finalement leurs chiffres à la baisse, une fois que de nouvelles augmentations de taxes aient été votées. Tous les ans. Tous les ans c’est comme ça. Et depuis l’autre enflure et sa totale décomplexion, nos seigneurs et maîtres ne se cachent même plus et y vont à la louche pour nous ponctionner le portefeuille, tandis qu’eux-mêmes se votent des lois pour éviter de trop débourser, favorisant au passage leurs amis riches – Plus riches qu’eux en fait – La Croissance,c’est le mot magique du monde actuel. Nous autres, les pauvres, nous ne savons pas ce que cela veut dire, mais pour les gens que je fréquente et qui s’abreuvent exclusivement de télévision pour s’informer, je comprend bien que la Croissance, c’est la Croissance! Il faut qu’elle augmente, peu importe ce que cela veut dire, mais visiblement il y a également la Crise, qui nous empêche d’avoir de la Croissance. Et à partir de là, je vous le donne en mille, il y a la faute aux migrants, aux djihadistes, à l’Europe… Et j’entend ensuite, mais murmuré, que c’est aussi la faute aux juifs, aux Francs-maçons et aussi aux arabes. Oui j’avoue, c’est quand j’entend ces réflexions éminent éclairées et pertinentes qu’il me vient le souhait de communautés plus petites… Afin de mieux gérer le stock de goudron et de plumes.

Bon, j’écris pour me libérer l’esprit, et je me doute qu’hormis mes trois pelés et un tondu habituels, ce texte restera méconnu, quelque part tant mieux, je préfère que de grands textes exaltants soient largement diffusés, pas les scribouillages avec des fautes. Mais vraiment, j’y pense très fort à ce principe de disparition des nations, pour revenir à quelque chose pouvant être dominé par de vrais principes démocratiques, sans cette caste d’oligarques et/ ou avec un contrôle plus strict et immédiat. Je ne souhaite pas revenir à des âges plus anciens, et je connais déjà tous les arguments qui peuvent être avancés contre cette idée ridicule. Mais ce serait déjà un bon moyen de vérifier le taux de démocratie de chacun, et surtout de nos hommes politiques – Oui enfin, plutôt celui de leurs patrons industriels – Je gage plutôt que face à un souhait global d’autonomie, nous aurions plutôt droit à un magnifique matraquage en règle.

3 commentaires sur “Ne sommes-nous pas allé trop loin?

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :