Rhiannon, l’enfance heureuse

1976, année de ma naissance, et aussi une période de grande sécheresse, paraît-il. Je n’ai connu Fleetwood mac avec les 33 tours que quelques années plus tard, sans savoir à qui appartenait cette voix qui m’a finalement accompagnée tout du long de mes jeunes années, me poussant vers le hard rock et les épaisses tignasses à l’adolescence.

C’est pour moi une époque pleine d’heureux souvenirs, l’enfance, et musicalement, j’ai l’impression d’avoir toujours écouté Fleetwood mac ancienne mouture, le plus souvent en live rayés aux moments les plus poignants (Sara, Tell me lies), j’en ai conscience maintenant, leurs vieux albums ont orienté mes oreilles vers des sons plutôt électriques, mais fort heureusement, pas vers les look qui allaient alors de pair. Et puis j’étais un peu amoureux de Stevie Nicks, nous faisions de superbes duo devant le miroir  de la salle de bain.

Il y a quelques années, j’ai récupéré un greatest hits de Fleetwood mac, mais ce son de studio, tout propre, ne m’a pas parlé autant que leurs anciens live des années 70, avec le son crapoux et les voix éraillées. Non vraiment, pour apprécier ce groupe de légende, il faut l’écouter dans les pires conditions possibles!

4 commentaires sur “Rhiannon, l’enfance heureuse

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :