La Quête d’Erekosë, de Michael Moorcock

Afficher l'image d'origine

« Nous avons besoin de toi. Les Chiens du Mal règnent sur un tiers du monde et la race humaine est épuisée de leur faire la guerre. Viens, Erekosë. Conduis-nous à la victoire. Des Plaines de Glace Fondante aux Montagnes de la Douleur, ils ont planté leur étendard corrompu, et ils arrivent !
– Je ne peux pas venir. Je suis enchaîné dans l’Espace et le Temps. Un gouffre nous sépare…
– Père, ceci n’est qu’une tombe vide. Même la momie a disparu. Rentrons à Necranal et rassemblons les vivants.
– Songe aux serments passés. Tu as juré de revenir, s’il le fallait, pour trancher les querelles des hommes. Lève-toi, Erekosë. Tu es le ravageur, le Saigneur, l’Enragé. Les cavaliers de la mort t’attendent. Prends leur tête et galope ! galope ! galope ! »
Je devins lourd et titubai. La force me parcourut. J’étais devant eux en chair et en os. J’étais leur dieu et j’étais revenu.

Erekosë, incarnation moorcockienne de la figure du Champion éternel, et surtout ayant conscience de l’être, ce qui n’arrange guère l’humeur maussade allant de paire avec la fonction, car appelé pour sauver le monde, encore, cet Erekosë se souvient de jours heureux, qui se retrouvent donc bien loin au fur et à mesure qu’il lui faut massacrer pour la « bonne » cause. Le anti-héros maudit et tourmenté est ici montré dans ses extrêmes, ce qui reste plutôt intéressant. L’histoire en elle même, divisée généralement en trois tomes, est assez classique pour cet auteur, avec du twist en veux-tu en voilà, l’histoire d’amour pas trop possible, le méchant secondaire un peu boeuf, et un beau petit génocide. Du classique chez Moorcock quoi!

La Quête d’Erekosë condense vraiment tout le travail de l’auteur sur cette figure centrale du Champion éternel, le bonhomme est maudit, oui bon ok, mais ici il y a de l’espoir, c’est un moteur que les autres incarnations, comme Elric ou Hawkmoon, n’ont pas forcémment. Donc oui, au final il y a même une touche d’optimisme qui fait du bien. Sur le style, pas grand chose à dire, ceux qui aiment Moorcock retrouveront leurs repères et la structure habituelle de ses récits dans son multivers, ceux qui n’aiment pas ce côté un peu léger et répétitif s’arrêteront au troisième chapitre. Pour ma part, comme l’histoire tragique du Champion éternel n’est qu’un éternel recommencement, j’accepte de lire des situations similaires dans les récits de toutes ses incarnations, l’intérêt à mes yeux et de discerner la trame multiversel et de ressentir le poids écrasant des devoirs du Champion, un boulot pour lequel personne ne signerai!

5 commentaires sur “La Quête d’Erekosë, de Michael Moorcock

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :