L’Appel de Cthlhu… 4ème édition!

Ah que d’émotion en voyant de nouveau cette couverture! J’ai commencé le jeu de rôles avec ce livre, la 4ème édition de l’Appel de Cthulhu… Le vrai jeu de rôles, j’entend, car quelques mois avant, j’avais déjà débuté la lecture du manuel des joueurs de AD&D seconde édition . Je devais mener pour le soir, j’ai ouvert le livre en fin de matinée… Eh bien ça allait! Oui, j’étais un Gardien des Arcanes confirmé… D’autant plus que les joueurs avaient une heure de retard, donc je pouvais potasser les règles de ce foutu système Chaosium, qui me semblait alors formidablement complexe. Ah oui, maintenant nous en rions, chaque lancé de d100 est l’occasion d’un fou-rire, les gribouillis sur les silhouettes de nos feuilles de personnage pour Stormbringer sont des oeuvres d’art, mais à l’époque, tout ça était une falaise de glace, avec des Mi-go au sommet, nous balançant des kebab surgelés… Saletés de plutoniens!

Bon, la 4ème édition était la dernière version estampillée Sandy Petersen… et ses amis… Oui, drôle de mention. C’était publié par Descartes, il y avait des illustrations couleur dedans, et finalement, le livre était moins dense que les versions qui suivirent. Il suffisait cependant amplement car les scénarios et boîtes de campagne pour l’Appel de Cthulhu, il y en eu ensuite un certain nombre.  Petite mention pour les aventures incluses dans cette 4ème édition, il y en avait moultes! Oui, sept en tout, dont quatre issues de suppléments de la seconde édition. Je crois avoir fait cinq à six fois chacune de ses aventures, tellement elles étaient propices aux initiations.

Mon prof d’art plastique m’avait même emprunté MON livre après nous avoir observé, mes joueurs et moi-même, en train de jouer entre deux bâtiments… Il était intéressé par les illustrations de pages et nous a donné un devoir à faire à partir d’elles!

En lisant les commentaires sur l’Appel de Cthulhu, je constate que cette fameuse 4ème édition est une charnière, entre les précédentes, qui étaient tout de même très moches, et les plus récentes, très professionnelles et structurées. Pas mal de ceux de ma génération ont visiblement débuté avec elle, et j’avoue que sa couverture reste pour moi la meilleure possible pour un jeu tels que l’Appel de Cthulhu.

7 commentaires sur “L’Appel de Cthlhu… 4ème édition!

Ajouter un commentaire

  1. Je ne sais pas si c’est pure nostalgie, mais cette quatrième édition du jeu d’horreur dans l’univers de HPL reste ma préférée. Pourtant j’ai applaudi des deux mains lors de la sortie par Sans-Détour de la sixième édition, avec ses règles retravaillées pour rendre le système Chaosium plus cohérent et moins simpliste (beaucoup de rôlistes autour de moi considèrent ce système comme complètement aléatoire et très mauvais). Néanmoins, je pense qu’aucune autre version n’a su atteindre la qualité esthétique de cette quatrième édition. Ne serait-ce que la très belle couverture de Bernard Alunni, et les illustrations couleurs, dont les magnifiques « L’épouvante » et « Le Vampire de Groglin », qui m’ont donné des frissons délicieux et m’ont rappelé mes premières impressions devant les films d’horreur que je regardais en cachette. Si le grand mérite de Sans-Détour, outre d’avoir remanié intelligemment les règles, est d’avoir introduit des photographies d’époque, leurs illustrations ne sont pas à la hauteur du livre de 1990 publié par Jeux Descartes. Même les dessins du bestiaire de la 4ème, avec leur côté granuleux qu’on pourrait croire extraient de vieilles photographies, me font plus d’effet que les simili croquis d’explorateurs de la 6ème, qui, pour le coup, font vraiment penser à d’une bande dessinée moderne. Enfin, malgré la minceur du livre, je le trouve beaucoup plus accueillant pour un débutant que l’édition de Sans-Détour (qui n’a même pas de chapitre d’introduction au jeu de rôles). Et beaucoup moins intimidant. Sans compter que comme l’a si bien dit Patate des Ténèbres, il y a du matériel pour jouer, et pas des moindres. Les scénarios d’introductions sont vraiment parfaits pour se lancer dans l’aventure Cthulhu et introduisent très bien le monde. Aussi, si je me sers des règles de l’édition Sans-Détour, je garde précieusement ma quatrième édition que je consulte de temps à autre pour retrouver cet esprit atmosphère unique qui m’a fait si longtemps rêver de R’lyeh la noire.

    Aimé par 1 personne

    1. Merci à toi pour ce commentaire, plus long que l’article 🙂 Tu soulèves des points pratiques liés à cette antique édition que l’on ne retrouve en effet pas dans celle de Sans détours, qui est un magnifique objet, un boulot de fonds inégalable, mais qui reste réservée aux collectionneurs. Je te souhaite de très bonnes et nombreuses sessions!

      J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :