Hier soir j’ai joué à… #8

tumblr_o6dapt7ghx1uquwc5o1_500

… Al Qadim! Un univers pour AD&D, officiellement lié au monde de Toril, où nous trouvons également Féerune, Kara-Tur et Maztica… Oui, de quoi faire jouer tous les rôlistes de la planète durant plusieurs vies, sans qu’ils ne se croisent! Al Qadim est à mes yeux l’un des meilleurs setting, aussi bien pour AD&D que dans le reste du loisir. Outre son exotisme qui parle facilement aux amateurs et amatrices des mille et une nuits, ainsi qu’à ceux du Dit de la terre plate, de Tanith Lee, la qualité de ses nombreux suppléments fait que chaque région du grand continent de Zakhara, la Terre du Destin, y est décrite avec moults détails stimulant la glande de l’aventure!

Nous nous sommes donc retrouvés pour une immersion de douze heures dans l’incroyablement riche et palpitant univers d’Al Qadim! J’ai la chance d’avoir eu pour l’occasion un groupe de vieux et de vieilles de la vieille (je ne sais pas si l’on peut dire ça), qui connaissaient les Royaumes oubliés, Chult et même pour l’un d’eux, Kara-Tur. La découverte de ce continent exotique, du nord de Zakhara en tout cas, aura donc été un dépaysement, et l’occasion d’incarner des personnages originaux, des ajami, ou étrangers, qui ne seront donc pas au faît des us et coutumes en vigueur sur la Terre du Destin.

Anne-Marie incarne Pialinka Philistiosnamaruth, se faisant appeler Praline, une gnome de Lantan douée pour la mécanique, et intriguée par les marionnettes zakharane. Elle est également capitaine du navire volant Philistiosnamaruth, que les autres pjs préfèreront abréger en « Phil ». Viviane incarne Jazia bin Lahora, une élémentaliste du Feu originaire du Calimshan, en Féerune, et participant à la protection d’une petite flotte marchande cherchant la route de la Terre du Destin. Paul incarne Romuto Hakumi, un bushi du royaume de Wa, suivant les termes d’une prophétie devant lui permettre de retrouver le sabre de ses ancêtres, dérobé il y a longtemps par un sorcier à la peau brûlée par le soleil, et lui imposant de se transformer en tigre-garou selon un cycle lunaire compliqué. Pierre incarne Mandelson le Pyrophage, un mage renommé de la Porte de Baldur, en quête de connaissances mystiques liées aux flammes. Il a embarqué à Calimport pour faire route vers Zakhara, et devise quotidiennement avec Jazia bin Lahora.

capture-du-2016-10-14-224548

Jazia, Mandelson et Romuto ont l’occasion de faire connaissance durant le trajet depuis Calimport vers Qadib, connue comme la Cité des baguettes, et où vivent de nombreux sorciers zakharans. Bien que Romuto ne soit pas particulièrement féru de magie, ses deux nouveaux compagnons lui proposent leur aide dans sa quête, en échange de ses services en tant que garde du corps. Ils ne tardent pas à rencontrer l’équipage lantanais du Philistiosnamaruth, en perdition après avoir essuyé un gros grain. Les Capitaines de la flotte calishite reçoivent Pialinka Philistiosnamaruth et acceptent avec plaisir de poursuivre leur route en sa compagnie.

Les pjs se rencontrent à bord de la nef volante, où les invités doivent malheureusement se courber en permanence et souffrir en se coinçant les fesses dans des sièges ouvragés, mais aux dimensions des gnomes de Lantan. Praline est une hôte raffinée, qui leur propose de séjourner à bord, le pont pouvant être aménagé au mieux pour des gens de si grande taille. Bien qu’elle soit quelque peu douée pour les illusions, la lantanaise préfère se concentrer sur l’horlogerie, pour elle une passion. Malgré leurs objectifs différents, les pjs se décident à aider les autres, ce qui leur donnera plus de chance sur un continent dont ils ne savent finalement pas grand chose.

C’est amusant, et particulièrement satisfaisant, de voir jouer des rôlistes (des vrais de vrais). En fait cette introduction que je voulais rapide s’est prolongée durant trois heures, rien qu’avec du roleplay et des connaissances personnelles ramenées d’autres campagnes, d’autres setting. Il n’aura fallu qu’une apparition de dauphins, prévenant les navigateurs de la présence d’une tribu de requins-garou menaçant les navires, d’une banale tempête et de la présence au loin de tortues gigantesques pour relancer discussions et tentatives d’enseignements des uns aux autres… Mais en attendant, mes méchants s’impatientaient!!!

capture-du-2016-10-14-212026Finalement donc, la petite flotte calishite s’aventure dans les eaux tropicales de Bahr-al-Kibar, la Grande mer, et arrive rapidement en vue d’une impressionnante cité où dominent des minarets couleur indigo. Le port semble encombré de nombreux navires aux formes singulières, de nombreux non-humains saluent les nouveaux arrivants sans crainte ni haine, les pjs voient pour la première fois un orque pêcher au filet, et portant un fez. Amis de l’exotisme, bienvenue à Zakhara! Bon par contre, dommage pour Qadib la Cité des baguettes, après une légère erreur de navigation, les pjs se retrouvent à Muluk, Cité des Rois.

Si l’intro aura durée trois heures, je ne vous raconte pas le temps passé par mes pjs découvrant une vaste métropole prospère des Libres-cités de Zakhara, avec une population de plusieurs dizaines de milliers d’habitants où se mélangent tous les peuples qu’ils connaissent, sans que cela n’engendre de frictions. Après quelques rencontres sur le port, l’ensemble des capitaines proposent à Praline de participer à une audience demandée au Calife Aswiyah al-Muftahir, le seigneur de cette cité prospère. Les pjs sont donc conviés dans un palais où un luxe inconcevable sera étalé sous leurs yeux. Ils croisent également leurs premiers génies, accompagnant les sha’ir du lieux, ainsi que de redoutables mamelouk des Respectés. En tant qu’infidèles, les pjs et leurs compagnons calishites sont briefés toute une journée par le vizir Ibn Rawahd sur l’étiquette du palais. Et c’est la tête lourde qu’ils sont tous conviés à des libations en leur honneur (et calées apparemment en même temps que les félicitations du Caliphe à ses mamelouks). Tout se passe bien, les marchands étrangers se voient offrir quelques aperçus des richesses de Muluk, ainsi que des chartes leur permettant de faire du négoce. On les prévient cependant que la région se désigne sous le nom des Domaines corsaires, et que ces derniers préfèrent généralement attaquer les infidèles plutôt que de provoquer la colère du Calife. Sur ces belles paroles, place à la fête!

Très vite, les pjs sont abordés par toute sorte de gens du coin, des courtisans ne se lassant pas des coutumes des infidèles, mais également par une délégations de mamelouks aux tatouages faciaux impressionnants. Ces derniers, menés par Nassir Al-Jawahl, expliqueront vouloir louer leur navire volant afin de lutter contre la piraterie de plus en plus oppressante pour les honnêtes marchands des Libres-cités. Ils ne veulent apparemment pas impliquer les pjs dans un quelconque conflit, mais plutôt monnayer leurs services en tant qu’observateurs pour alerter les capitaines marchands en avance. Après une réflexion partagée, les pjs accepteront, mais Praline refusera d’embarquer des mamelouks à son bord.

capture-du-2016-10-15-004252

Alors que leurs amis calishites seront en train d’affrêter leurs navires pour faire du commerce avec les cités voisines, les pjs ne tarderont pas à se voir assignés à la flotte du Calife, devant livrer une importante cargaison d’étoffes, d’encens et de pièces ouvragées en métal, à la puissante cité de Qudra. Et grâce à leur vigilance, les pjs donneront rapidement l’alarme, à peine les navires hors de vue des murs de Muluk. Une petite flottille de grosses barques à voiles triangulaires approche des lourdes felouques, chargées à bloc de marchandises précieuses. Si le combat semble clairement pencher en faveur des mamelouks, un nuage noir déferlant depuis les falaises côtières non loin viendra semer le chaos. Les pjs devront faire descendre Phil afin de distinguer le combat, mais plusieurs éclairs viendront menacer les nacelles de leur propre navire. Ce n’est qu’alors que le nuage noir se dissipera qu’ils pourront apercevoir un navire rapide s’éloignant, sans apparemment se soucier des assaillants qui se trouvaient dans les barques, et qui tentent d’échapper aux requins venus festoyer.

Un seul navire de Muluk aura été pillé, mais deux auront été gratuitement coulés, un acte que les mamelouks rescapés ne parviendront pas à comprendre. Ils expliqueront que d’ordinaire, malgré leur mode de vie méprisable, les corsaires d’Hawa se contentent de prendre un peu de marchandise en laissant les navires abordés repartir. Le nom de Faridah bint Halah sera plusieurs fois prononcé, accompagné de crachats. Les pjs comprendront qu’il s’agit d’une Capitaine corsaire. Ils auront également eu l’occasion de discuté avec des membres d’équipage non affiliés aux mamelouks, qui expliqueront qu’un tel convoi maritime était en fait bien inutile, mais que le chef des Respectés, comme ses propres maîtres à Qudra, cherchent des prétextes pour lancer une grande offensive contre Hawa.

Ne sachant trop quoi penser, les pjs finiront par estimer que face à la magie zakharane, leur aide n’est finalement pas utile au Calife de Muluk. Ils décideront de prendre les devants en se rendant directement à Hawa, réclamer quelques précisions sur les agissements de cette corsaire impitoyable et provocatrice.

capture-du-2016-10-14-235113

Lorsqu’ils atteignent enfin les Epines de feu, les pjs comprennent l’intérêt un peu excessif des Respectés pour leur navire volant; L’île supportant Hawa est protégée par une immense barrière de corail, et seuls les corsaires peuvent rallier le port sans risque. Leur arrivée provoque évidemment quelques émois, mais très vite, plusieurs sorciers viennent à leur rencontre sur des tapis volants (et aussi quelques sorts de foudre). Les pjs annoncent leurs intentions pacifiques et se présentent comme des aventuriers demandant audience au conseil des Capitaines.

Contrairement à leurs habitudes touristiques prises dans les Libres-cités, les pjs n’ont guère l’occasion de se promener dans Hawa. Une forte garde d’ogres vient les cueillir au débarquement, pour les mener dans ce qui doit être l’équivalent d’un palais. Hawa, la Cité du Chaos, porte bien son nom, les pjs traverseront en effet plusieurs quartiers semblant avoir poussé de manière totalement anarchique, et la population, si elle ne se montre pas ouvertement hostile, semble bien plus virulente et suspiscieuse à l’égard des étrangers. Les pjs ne sont cependant pas ici pour faire des politesses, et rencontrent rapidement  le seul membre présent du conseil, Hamid al-Bashshar. Les scarifications sur son visage indiquent son ancienne affiliation avec les mamelouks, et Mandelson y va franchement sur les accusations, ce qui lui vaut une jambyia sous le menton, avant d’avoir pu ne serait-ce que penser à dégainer son épée. Hamid n’est donc pas un espion mamelouk, mais un vrai membre du conseil des Capitaines d’Hawa.
Concernant Faridah bint Halah, il admettra que ses récentes actions posent problème, et desservent en effet le fragile équilibre entre Hawa et Qudra. Il expliquera que la guerre entre les deux métropoles semble inévitable, bien que les corsaires souhaiteraient l’éviter. Les pjs se proposeront de capturer Faridah et de l’amener devant la justice de ses pairs. Ils noteront au passage que bien qu’amusé, Hamid acceptera leur offre, et qu’il ne semblera pas étonné de voir flotter leur navire au-dessus du port. Praline l’interrogera à ce sujet, et il leur parlera du vaisseau-dragon du Capitaine Shing, capable de voler au-delà des nuages.

capture-du-2016-10-14-211959Praline annoncera qu’elle doit effectuer quelques réparations, et l’intendant du palais des Capitaines enverra les pjs vers Suhailah al-Hawai, en charge du chantier naval de la cité. Il s’agit d’une Capitaine, une naine à la peau brune et à la voix de stentor, qui ne cachera pas son mépris face à une bande de sorciers étrangers. Elle sera cependant intriguée par la nef lantanaise et acceptera d’effectuer des réparations. Il ne faudra pas longemps pour que Praline se lie d’amitié avec elle, les deux devisant de choses technico-mystiques.
Les pjs iront ainsi explorer les quartiers malfamés d’Hawa, pour y découvrir finalement des individus plein d’entrain, très soucieux de leur liberté individuelle, et pour beaucoup d’anciens esclaves libérés par les équipages des Capitaines. Leur enquête sur Faridah bint Halah amènera beaucoup de toussotements gênés, des silences apeurés mais également de la rancoeur. Les pjs en viendront rapidement à la conclusion que les membres du conseil des Capitaines n’auront pas encore porté de jugement contre elle sous prétexte du respect de l’indépendance de chacun, mais que la méchante corsaire à bien une sinistre réputation, certains murmurent même qu’elle fait le négoce des esclaves, le plus grand déshonneur dans les Domaines corsaires. Personne ne semblera savoir où se trouve son mouillage, mais certains marins leurs fourniront des informations sur une zone d’action.

A bord de Phil, les pjs élaboreront un plan pour capturer Faridah. Ils auront pu comprendre que l’équipage de son Sombre maraudeur lui était fanatiquement dévoué. Un combat de front  sera perdu d’avance, mais en combinant les illusions de Praline, et la magie pyrétique de Jazia et Mandelson, ils parviendront à concocter quelque chose plein de minutie et pouvant faire passer la manipulation de Kayzer Soze pour un truc mal ficelé… Oui sauf qu’à l’approche du vaisseau de Faridah bint Halah, le plan bien huilé deviendra un beau bazar tout chaoteux! Le Sombre maraudeur sera repéré dans une crique, mais il sera au milieu d’une petite flottille de pêcheurs, et une felouque sera également là, avec à son bord quelques mamelouks, dont le chef sera en grande discussion avec une femme d’une très grande beauté. Malgré les illusions de Praline, Faridah portera immédiatement son regard sur la nef volante et ordonnera le branle-bas de combat. Les nacelles du Philistiosnamaruthseront touchées par des traits clairement enchantés, et la nef descendra rapidement vers une véritable petite armée d’individus aux regards un peu vitreux.

Après quelques minutes d’angoisse et la préparation de sorts de feu, les pjs seront secouru par… un déluge de feu grégeois, qui tombera du ciel au-dessus d’eux, manquant de peu les nacelles survivantes de Phil! Un vaisseau à la coque sculptée en forme de dragon descendra rapidement vers le Sombre maraudeur, miraculeusement épargné par les flammes corrosives, alors que la petite flottille de pêche deviendra un feu de joie grand format. Romuto reconnaîtra-là un navire de son royaume natal, dans la lointaine Kara-tur, mais il n’aura pas le temps de poser des questions, le combat qui s’ensuivra pour capturer Faridah se révèlera en effet des plus féroces, ses partisans agissant comme sous l’effet d’une drogue, y compris quelques mamelouks qui une fois assommés, reprendront ensuite leurs esprits sans se rappeler de leurs actes.

La corsaire parviendra à s’échapper avec son vaisseau, sacrifiant la plupart de ses gens. Le Capitaine Shing-Jaw-Long se présentera en expliquant avoir pensé venir prêter main-forte aux pjs, les actions de Faridah provoquant bien trop de tensions avec Qudra. Comme les pjs, il sera étonné des pouvoirs magiques possédés par cette femme, qu’il pensait n’être qu’une simple esclavagiste. Il leur proposera de les aider à rentrer jusqu’à Hawa, où Suhailah al-Hawai pourra certainement réparer Phil.

capture-du-2016-10-14-211915

Six mois se sont écoulés depuis l’arrivée des pjs dans les Domaines corsaires. Désormais basés à Hawa, où ils se sont bien imprégnés de la culture locale, et où ils ont su trouver quelques alliés parmi les Capitaines, les pjs se savent impliqués dans le conflit larvé opposant les corsaires aux mamelouks de Qudra. Bien qu’ils puissent facilement poursuivre leur périple grâce à la nef volante de Praline, ils décident de séjourner encore dans les Libres-cités du Nord de Zakhara, là où d’incroyables connaissances mystiques attendent d’être découvertes. Malgré tout, les rumeurs qu’ils entendent quotidiennement sur Huzuz, ou sur les Cités des Perles encore plus loin dans le sud, ne font qu’attiser un peu plus leur curiosité. Tout un continent reste finalement à découvrir!

7 commentaires sur “Hier soir j’ai joué à… #8

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :