Sous l’influence de Belior – Chevaliers-dragons de Pern #1

La Ballade de Pern, de Anne Mac Caffrey, est une oeuvre imposante et regroupant de nombreuses thématiques fantastiques. Plusieurs de mes joueurs et joueuses souhaitaient vivre des aventures sur le monde de Pern, et nous avons convenu que le système BaSIC serait le plus simple pour ce périple (quelques amateurs vieillissant de Runequest).

Nous voici donc sur Pern, au tout début du quatrième passage, alors que les chutes de Fils commencent à menacer les zones habitées sur le continent septentrional. Le souvenir de la première colonie commence à s’estomper, les équipages des vaisseaux terriens deviennent des figures légendaires, les dragons continuent à grandir et l’ancienne technologie est presque totalement phagocytée pour achever les derniers Weyrs.

Pierre incarne K’lenan, Chevalier-dragon du cinquième bronze de Benden, Joronth.

Béatrice incarne Mieninda, Dame du Weyr de la troisième Reine de Benden, Colianth.

Romuald incarne J’lenio, Chevalier-dragon du bleu Falikanth.

Julie incarne Inoka, Dame du Weyr de la quatrième Reine de Benden, Sinanth.

Depuis plusieurs nuits déjà, Sinanth partage des cauchemars avec Inoka, qui s’éveille brusquement en hurlant, tandis que la quatrième Reine de Benden pousse de terribles rugissements. Le Weyr tout entier en est bien entendu perturbé et une tension malvenue vient ainsi s’ajouter aux chutes de Fils. K’lenan et J’lenio cherchent donc un moyen pour apaiser la Dame du Weyr et sa Reine en tentant de la divertir entre deux missions, mais rien n’y fait.

Mieninda, qui aura formée Inoka à son arrivée au Weyr, décide d’en appeler à l’atelier des Harpistes, et au Maître Timon en particulier, pour essayer de trouver la cause des cauchemars de la jeune Dame du Weyr.

Le Maître Harpiste Timon écoutera Inoka et tentera un chant ancien, pratiquement une contine pour enfants, qui apaisera l’esprit de la Dame du Weyr, et semblera même affecter Sinanth. Mieninda guidera le Maître Harpiste à poser des questions, surtout sur l’enfance de la jeune femme, où un évènement néfaste aurait pu la traumatiser, mais rien n’en ressortira. J’lenio aura alors l’intuition de questionner Inoka hypnotisée sur son identité, et ses compagnons auront la surprise de l’entendre s’appeler Misaru Rikki. Un nom étrange et inconnu, mais un nom ayant pu être porté par une ancienne. A partir de là, Sinanth aidera Mieninda, par le biais de Colianth, à transcrire des images flottant dans l’esprit d’Inoka. K’lenan crayonnera en même temps, et tous pourront découvrir les esquisses d’un fort de montagne, survolé par les mythiques traîneaux des anciens, étranges véhicules pouvant voler aussi vite que des dragons, mais façonnés par l’Homme.

Lorsqu’elle reviendra à elle, Inoka ne se souviendra plus de rien, mais ressentira une sensation d’urgence. Le Maître Harpiste admettra ne jamais avoir entendu parler d’une certaine Misaru Rikki, mais d’après les descriptions de la Dame du Weyr, elle aurait été une scientifique étudiant les étoiles, dans un étrange sanctuaire encombré de matériel, que le Chevalier bronze aura dessiné avec force détails.

D’après les esquisses, J’lenio identifiera le Fort de Lynard, un vassale turbulent de Benden, isolé une bonne partie du cycle par des crues bloquant les voies terrestres dans une vallée en contrebas. Le Seigneur Piedo règne en ce lieu, mais c’est plutôt sa femme, Dame Tylda, qui impose un règne de terreur sur ses gens. Le Fort s’acquitte de la dîme mais ne fournit que des ressources de piètre qualité.

Mieninda proposera à ses compagnons de profiter du répit jusqu’à la prochaine chute pour se rendre au Fort de Lynard, afin d’y découvrir le lien avec cette mystérieuse Misaru Rikki. Le Maître Harpiste demandera au quartet de lui faire un rapport détaillé de ce qu’ils trouveront, il les préviendra cependant de l’humeur querelleuse du Seigneur Piedo, et de ses huit fils, véritables brutes terrorisant le peuple.

Bien entendu, le Fort de Lynard n’aura jamais reçu la visite de deux Dames du Weyr et de Chevaliers-dragons cherchant à obtenir audience auprès du Seigneur. La structure en elle-même sera dans un état irréprochable, avec une patrouille cherchant des traces de Fils et quelques individus cultivant des champs en terrasses dominant une grande vallée inondée par un courant boueux. L’apparition du groupe sortant de l’Interstice fera lever toutes les têtes, et les dragons viendront se poser dans la cours du fort, sous les regards craintifs que pauvres hères qui resteront dans les ombres des bâtiments. Un homme d’une vingtaine d’années, le visage déjà couperosé, viendra à la rencontre des habitants du Weyr, un gourdin à la main. Massif et le regard vide, il lorgnera sur les formes des deux Dames, avant de cracher devant K’lenan. Il se présentera comme étant Orold, troisième fils du Seigneur Piedo, et leur demandera ce qu’ils viennent faire aussi loin de Benden. Une femme d’une cinquantaine d’années arrivera alors, un simple regard vers ses gens fera fuir ces derniers, tandis qu’elle se composera un sourire froid, avant de s’incliner devant les invités. Elle se présentera comme étant Dame Tylda, s’excusera pour l’absence de son époux, en train de donner quelques ordres à ses mineurs, et se montrera surprise d’une telle visite. Mieninda expliquera que ses compagnons et elle-même ne sont pas en visite officielle, mais qu’ils souhaiteraient visiter les abords du fort, en vue de futures établissements de postes d’observation. Tylda tiquera face à cette idée, mais proposera une collation en attendant son Seigneur.

Les bâtiments sont en bon état, et les Chevaliers-dragons devront admettre que les gens du Fort de Lynard sont bien vêtu, apparemment bien nourris également. Il règne cependant une grande tension, et tous les regards des serviteurs seront fuyants. Inoka sera la seule à remarquer une salle d’armes bien remplie en passant devant, avec deux hommes apparentés à Orold, qui lui lanceront des regards mauvais en affûtant de larges coutelas.

Dans une grande galerie dominant la cours du fort, illuminés par le soleil traversant des vitraux visiblement anciens, les quatre compagnons noteront deux grandes fresques gravées dans de dalles d’une roche plus clair que celle de la région. Ils y reconnaîtront plusieurs anciens levant leurs yeux vers le ciel, où seront visibles les deux lunes de Pern. Le détail est impressionnant, et Inoka sera prise de vertiges, avant de s’évanouir.

Surprise, Dame Tylda ordonnera à ses serviteurs d’emmener la Dame du Weyr dans une chambre libre, elle guidera les autres vers une salle où un grand âtre abrite un feu bienvenues. Le Seigneur Piedo ne tardera pas à arriver, et K’lenan notera les échanges de regards noirs entre lui et son épouse. Tous noteront la poussière couvrant encore la tenue de cuir du Seigneur, qui ne se montrera guère heureux de voir de tels invités. Mieninda répétera la fausse raison les amenant là, le Seigneur n’en croira pas un mot, mais proposera des chambres et un repas en l’honneur de Benden. J’lenio devra retenir une remarque cinglante face au dégoût dans la voix du Seigneur lorsqu’il prononcera le nom du Weyr dont il est vassal.

Lorsque Inoka reviendra à elle, ce sera pour découvrir le visage grimaçant d’Orold au-dessus d’elle. Elle tentera d’appeler à l’aide, mais la brute plaquera sa main sur la bouche de la Dame du Weyr. Elle aura cependant la présence d’esprit d’attraper sa tenue de vol jetée sans considération sur le sol, basculera pour éviter son agresseur, et dégainera son couteau de chasse. Orold sera contrarié, mais le regard fou, il chargera en beuglant. Inoka esquivera et le frappera au visage, lui arrachant un terrible hurlement tandis qu’il s’enfuira.

K’lenan et J’lenio arriveront peu après, pour trouver Inoka tremblante dans un coin, sa tenue de vol comme rempart. Le Seigneur et sa Dame ne sembleront pas particulièrement émus de la situation et tenteront de justifier le comportement de leur fils par sa faiblesse face aux provocatrices extérieures au fort. Les Chevaliers-dragons s’énerveront, mais Mieninda, ayant remarqué le regroupement de quelques brutes armées, viendra apaiser ses compagnons, menacés sans même le savoir. Elle proposera que l’accusé soit jugé par son père et que justice soit rendue au plus vite. Le Seigneur Piedo consentira à faire rechercher son fils.

Bien entendu, le repas du soir se fera dans la plus vive des tensions. Cinq des fils du Seigneur seront assis face aux invités et lanceront des regards noirs aux deux Dames. Colianth communiquera à Mieninda que l’agresseur d’Inoka est en train de se préparer à sortir, sans se presser et en s’équipant tranquillement. La Dame du Weyr n’en dira rien et s’excusera le plus rapidement possible, emmenant ses compagnons avec elle. Elle leur expliquera la situation, et J’lenio se proposera pour suivre Orold à distance. Des quatre dragons, Falikanth est le plus petit, et il sait se montrer discret lorsque les circonstances l’exige.

Les deux Dames du Weyr dormiront ensemble, Inoka expliquera qu’elle a eu comme une sorte de vision en voyant les fresques plus tôt dans la journée, mais qu’elle se trouvait ailleurs, dans un lieu lumineux mais sans soleil. La nuit sera agitée, et lorsque le Chevalier bleu reviendra, les quatre compagnons comprendront que le Seigneur Piedo dissimule l’accès à un lieu secret, non loin du fort, où J’lenio aura suivi Orold. La fameuse mine où travaillait le Seigneur est clairement un lieu en ruines abandonné par les anciens, où une main d’oeuvre déblaie des galeries. Falikanth aura également transmis à son Chevalier-drago les craintes des gens du Seigneur, visiblement contraint par les fils de Piedo.

Le ledemain, Chevaliers et Dames du Weyr prétexteront une reconnaissance aérienne pour se rendre jusqu’à la mystérieuse mine secrète. Joronth préviendra K’lenan qu’un enfant sera en train de les observer depuis l’ombre d’une pierre levée. J’lenio et Inoka descendront jusqu’à lui, leurs dragons se perchant en équilibre non loin du gamin apeuré. La Dame du Weyr, après une brève poursuite sur une crête rocheuse, parviendra à lui soutirer quelques informations. Il se nomme Telen et expliquera que les enfants du fort ont découverts par hasard la galerie principale de la mine mystérieuse, et qu’ils ont été les premiers à l’explorer, avant que le Seigneur et ses fils ne cherchent des trésors des anciens à l’intérieur.

Mieninda posera quelques questions sur l’agencement des galeries, Telen leur parlera de salles vides, de portes verrouillées par un moyen inconnu, et loin de l’entrée, de cristaux diffusant une faible lumière. Il parlera également d’une fissure permettant de se faufiler à l’intérieur sans passer par l’entrée de la mine. Bien entendu, les dragons ne pourront jamais pénétrer en ce lieu, mais K’lenan leur proposera de participer à un jeu; Voler en formation, suffisamment haut dans le ciel, mais toujours en vue des observateurs du fort, afin de faire croire à cette fameuse reconnaissance des montagnes alentours.

Chevaliers et Dames du Weyr suivront donc Telen jusqu’à la fissure, mais le jeune garçon refusera d’aller plus loin, de crainte de rencontrer l’un des fils du Seigneur Piedo. Ils se faufileront donc tant bien que mal dans l’étroit passage, pour se retrouver dans une galerie aux parois taillées, par une technologie désormais perdue. En avançant prudemment, ils découvriront plusieurs salles vides, ainsi que les fameux cristaux lumineux décrits par Telen. Au détour d’un corridor, J’lenio entendra des bruits de pas.

Trois des fils du Seigneur, dont Orold, seront en train de brutaliser un vieillard tenant contre lui un livre très ancien. Les rires gras seront entrecoupés du sifflement des ceinturons et des gémissements du vieil homme. K’lenan agira le plus vite, brandissant son coutelas et venant le placer sous la gorge du plus massif des trois tortionnaires. Inoka et J’lenio neutraliseront ensemble Orold, tandis que le troisième frère déguerpira. Mieninda aidera le vieillard à se relever, lui appliquant du baume analgésique sur ses plaies les plus graves. Il se présentera comme étant le Maître Harpiste Drelam. Contraint par le Seigneur Piedo à rester sous terre depuis des mois. K’lenan se souviendra d’un rapport concernant un éboulement ayant enseveli le Maître harpiste. Inoka le questionnera sur ses découvertes, tandis que Mieninda préparera du Klah chaud, et que J’lenio ira patrouiller au cas où d’autres rejetons du Seigneur rôderaient encore.

Le Maître Harpiste expliquera que les lieux étaient apparemment un endroit spécial pour les anciens, qui entreposèrent durant au moins une génération beaucoup de leurs prodigieuses machines. Il ne reste plus rien de tout ceci, hormis quelques reliques. Le livre qu’il continue à garder contre lui fut retrouvé il y a une semaine, dans la poussière, abandonné par mégarde sans nul doute. A l’intérieur se trouvent des tableaux, des croquis incompréhensibles ainsi que des textes dans une langue inconnue. Les quatre compagnons regarderont chacun les pages jaunies, et Inoka sera surprise de pouvoir lire facilement des passages, bien que leur sens reste incompréhensible. Avec un mal de tête croissant, elle lira quelques mots, mais le Maître Harpiste admettra ne pas en saisir le sens. J’lenio reviendra de sa patrouille en indiquant qu’il n’y a plus personne, mais qu’il est peu probable que le Seigneur cherche à partager sa trouvaille. Les dragons seront par contre revenus et seront postés devant l’entrée.

Grâce à Sinanth partageant ses pensées, Inoka parviendra à saisir le sens global du texte, il lui faudra cependant toute l’aide du Maître Harpiste et une bonne partie du reste de la journée. Orold et son frère Tolnon seront enfermés dans une pièce, ligotés et baîllonnés en attendant que Chevaliers et Dames du Weyr ne retournent au fort pour le procés de l’agresseur d’Inoka.

L’exploration des lieux prendra encore quelques heures. Tout aura été abandonné dans la hâte, mais Drelam guidera les explorateurs vers une porte en métal, apparemment importante, mais verrouillée, sans serrure apparente, mais avec un boîtier à hauteur d’homme. A la grande surprise de ses compagnons, Inoka agira comme une somnambule et ouvrira le boîtier, pour y manipuler quelques fils colorés. La porte s’ouvrira avec un sifflement, suivi de grincements d’engrenages rouillés. Un air vicié s’échappera de la pièce derrière, faisant reculer tout le monde.

La salle ainsi verrouillée est cylindrique, avec une voûte à plusieurs mètres du sol, en métal. Tous les meubles ont été enlevés, mais des plaques sont toujours accrochées aux parois, montrant les mêmes dessins que dans le manuscrit retrouvé. En se souvenant du champs d’étude de la mystérieuse Misaru Rikki, Inoka et ses compagnons comprendront qu’il s’agit-là d’une étude sur les étoiles. Plusieurs paysages sont représentés avec une incroyable précision, sur un matériau inconnu. Ils interrogeront les dragons sur la localisation de ces lieux, apparemment situés dans une région volcanique au vue du nombre de cratères, mais même eux ne sembleront pas connaître ces endroits.

J’lenio proposera à Falikanth de tenter un saut en se basant sur les images d’excellente qualité. Les autres chercheront à le décourager, mais sa décision sera prise, et une fois à l’extérieur, le Chevalier-dragon et son compagnon disparaîtront dans l’Interstice, pour en surgir à nouveau quelques instants plus tard, tombant den vrille du ciel, et se stabilisant au dernier moment. L’aventure aura été brève, mais une fois remis, J’lenio parlera d’une étendue aride, sans air à respirer, sans vent pour soutenir Falikanth, un endroit mortel qu’il aura reconnu comme étant la surface de Bellior. Il expliquera son affirmation car juste avant de sauter à nouveau, il aura vu Pern emplir le ciel, reconnaissant la côte austral.

L’expérience s’avérant extrêmement dangereuse, Dame Mieninda fera passer le mot par le biais de l’atelier des Harpistes. Il ne restera plus qu’à ramener les fils du Seigneur et à exiger un jugement partial. La présence des dragons aux abords du fort, et le rassemblement du peuple de Lynard, aideront à obtenir réparation. K’lenan indiquera au Seigneur et à sa Dame qu’ils recevront désormais des visites régulières de l part du Weyr, les liens ayant été distendus ces derniers temps. Il chargera le Maître Harpiste Drelam de veiller au respect des lois.

Dames et Chevaliers-dragons rentreront ensuite au Weyr. Inoka ne rêvera plus de cette mystérieuse ancienne qui étudiait les astres autour de Pern, mais quelques jours après leur retour, le Maître Harpiste Timon lui apprendra que durant sa crise, Bellior était au plus haut dans le ciel du Weyr, et que la présence de la lune aura du éveiller quelque chose enfoui dans son esprit.

4 commentaires sur “Sous l’influence de Belior – Chevaliers-dragons de Pern #1

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :