The young pope

Afficher l'image d'origine

Oh la bonne surprise! Voilà une série dont la saison 1 se termine après 10 épisodes, c’est produit par une collaboration entre HBO, Canal+ et Sky, écrit et réalisé par Paolo Sorrentino, qui nous pondra une saison 2 en… 2018  – Moi je pense qu’il y a quelqu’un de sadique chez HBO, pour nous mettre des délais pareils!!!

The young pope, c’est quoi donc? Eh bien nous avons un Jude Law très en forme qui incarne le pape Pie XIII, un souverain pontife imaginaire, jeune et que les cardinaux qui l’ont élus pensaient docile, mais qui se révèle terriblement conservateur et voir un retour de l’église vers une austérité qui ne plaît pas à grand monde. Refusant de se montrer en public, s’opposant à l’avortement et aux prêtres homosexuels, il nous apparaît dans un premier temps un poil réac, et les complots se montent rapidement contre lui, tandis que les fidèles délaissés abandonnent leur foi. Mais attention, créer un personnage repoussoir et central serait trop simple! Paolo Sorrentino nous offre avec ce jeune pape un être complexe, plein de doutes mais surtout empreint d’une profonde et sincère humanité. Les seconds couteaux qui le suivent depuis toujours disent tout au long des épisodes qu’il est un saint, et on comprend finalement pourquoi. Comme dans toute série de qualité, ce sont les seconds rôles qui portent l’ensemble du bazar. Ici, rien de moins que Diane Keaton et Silvio Orlando, qui dans un truc bas de gamme genre série de CW serait « le méchant », mais ici, nous avons un autre personnage incroyablement interprété, tout en finesse et en humour noir.

Afficher l'image d'origine

La série nous montre l’envers du Vatican, avec les intrigues et factions que nous commençons à connaître à travers d’autres séries plus historiques, aucune surprise de ce côté-ci, ni non plus du côté de ce faste indécent qui colle mal avec le slogan officiel d’aider les pauvres. Mais Paolo Sorrentino se concentre plutôt sur le destin d’un homme, et de son charisme qui rayonne autour de lui, à tel point que ses adversaires s’inclinent même en sachant qu’il a tort. L’enjeux principal de la série reste la quête d’équilibre et de paix intérieure de ce jeune pape, qui dit à ses intimes ne pas croire en dieu, mais qui nous fait comprendre qu’il est également un peu provoc. Mention spéciale pour une Cécile de France qui nous fait du Cécile de France, ce qui ici dans le contexte, soutien tout un ensemble d’émotions et de dynamiques amenant de profonds changements dans le rythme de la série.

J’ai vraiment été touché par l’interprétation de Jude Law, ce n’était pas gagné, car dans les deux premiers épisodes, il a l’air de vouloir faire le cabotin, malgré les idées extrêmes de son personnage. Finalement très rapidement, on comprend ses motivations et arguments, on le voit évoluer, au contact des autres, et lorsqu’il s’ouvre finalement, eh bien j’ai trouvé ça vraiment touchant, avec la larmichette oui! Très bonne série donc, que je vous recommande chaudement!

3 commentaires sur “The young pope

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :