Only god forgives, Ryan le cabossé

ryan-gosling-in-only-god-forgive-2013-movie-poster_13611375028482

Hello mes p’tites patates! Alors que Blade runner 2049 reçoit une pluie d’éloges et que le Ryan nous refait le coup du type pas trop causant et tout cabossé, j’ai plutôt envie d’aborder le film d’un autre réalisateur que j’aime beaucoup, Nicolas Winding Refnah oui, on ne peut pas tous s’appeler classiquement Denis Villeneuve! – j’ai nommé, Only god forgives.

Voilà un film qui fut difficile à visionner – j’ai vu Drive ensuite – et je ne saurai dire pourquoi. Je n’aime vraiment pas Ryan Gosling, son jeu m’ennuie, mais ici de toute façon, l’on est rapidement happé par cette Bangkok toute en pénombres et jeux de lumières aveuglantes. Le chef-opérateur à dû faire des heures sup pour le coup! L’histoire est amenée de façon froide, par des personnages antipathiques et tous syphonnés, difficile de s’identifier dans un tel contexte, mais à mes yeux, c’est l’ambiance du film qui porte le spectateur et la spectatrice à travers des interactions souvent glauques, amenant invariablement à des explosions de violence.

C’est clairement un film ayant marqué ma culture cinéphile, en particulier sur le plan de la technique, que j’ai appris à apprécier dans des aspects qui m’intéressaient moyennement auparavant. Je ne peux qu’apprécier le travail de Villeneuve sur les lumières de ces films, les textures ou les sons, mais c’est vraiment avec le cinéma de Refn, et Only god forgives en particulier, que j’ai appris à savourer cet aspect de la création. Mais bref! Bon, Ryan Gosling, pas trop intéressant pour moi, c’est plutôt sur Kristin Scott THomas que je me rabat, elle incarne une maman comme personne n’en veux, et s’intègre parfaitement dans l’atmosphère bien dégueu du Bangkok de Refn!

Only God Forgives: la violencia que ilumina la noche ...

 

Only god forgives m’a fait une forte impression, j’aimais déjà les oeuvres se déployant lentement avant, mais pour qu’un film me fasse apprécier un acteur dont je n’aime pas le jeu, c’est fort! Avec la sortie de Blade runner 2049 – trèèèèèès léger sur le plan scénaristique – et ses cadrages à couper le souffle, j’ai bien envie de me plonger à nouveau dans ces créations incroyables que sont Sicario, Valhalla rising ou même Drive, histoire d’évoluer pour de brefs instants dans un univers totalement esthétisant et poétique.

5 commentaires sur “Only god forgives, Ryan le cabossé

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :