L’univers lantern, c’est super green!

Image associée

Coucou mes p’tites patates cosmiques! Non non, ne fuyez pas (pauvres fous!), je ne vais pas aborder le film avec Ryan Reynold mais juste la longue série crayonnée! Oui, il s’agit de Green lantern, un super-héros apparu dans les années 40 et ayant connu pas mal d’avatars et d’évolutions. Je ne vais pas faire une rétrospective, ni parler du premier Lantern, Alan Scott, ni même détailler les différentes époques impliquant des Green lantern terriens… Mais sur quoi je vais donc bien pouvoir écrire!

C’est en parcourant les infos sur les sorties de comic books, sur le bien pratique et plaisant blog de Citycomics2014, que j’ai découvert les intégrales de Green lantern, de bons gros pavés de quelques centaines de pages, correctement traduits, et compilant les événements marquant de l’histoire du Green lantern corp. Oui car en fait, Green lantern tout seul, c’est juste un mec en spandex qui fait la bagarre plutôt que de réfléchir, mais avec le Green lantern corp… Ce sont pleins de mecs qui font la bagarre! Oui bon, ok, mais par ce biais, de bêtes histoires de super-héros, jamais bien palpitantes, deviennent de grandes saga cosmiques où prédomine la science-fiction. Marvel a d’ailleurs fait la même chose avec ses Guardians of the galaxy, le Nova corp et autres Annihilius.

Image associée

Nous découvrons ainsi les 7200 green lantern assurant la sécurité de la galaxie sous l’autorité des Gardiens de l’univers, de petits gars bleus en robe ayant clairement un complexe quelque part. Très vite, outre les bagarres contre des méchants, on découvre l’univers du titre Green lantern, souvent d’ailleurs par le biais des adversaires désignés par les Gardiens, qui eux semblent vouloir cacher pleins de vilains secrets. Les arcs s’enchaînent plus ou moins harmonieusement, mais ce que l’on nomme la méta-trame se densifie de façon spectaculaire. Les Gardiens ont ainsi domestiqués la lumière verte en la concentrant dans une batterie centrale, donnant des anneaux à leurs green lantern que ces derniers doivent recharger régulièrement, et qui leur donne accès au pouvoir associé de la volonté. Grâce à ces artefacts, les green lantern peuvent manifester tout ce qui leur passe par la tête, sous la forme de constructions lumineuses solides. On découvre cependant qu’avant le Green lantern corp, les Gardiens avaient déjà une police galactique, une armée de robots nommés Traqueurs (manhunters). Ils pétèrent un plomb et massacrèrent tous les habitants d’un secteur de la galaxie, sauf cinq, qui devinrent les Résultat de recherche d'images pour "red lantern corp"ennemis jurés des Gardiens. De ces cinq gaillards naquit le Red lantern corp, avec Atrocitus comme chef, et la lumière rouge de la rage comme carburant. Avant cela, « le plus grand des green lantern« , Sinestro (pas du tout prédestiné comme nom) avait défié les Gardiens, les interrogeant sur la mystérieuse faiblesse de la lumière verte face à la lumière jaune de la peur. Explorant tout seul cette voie, il découvrit la duplicité de ses maîtres et fonda le Sinestro corp, forgeant sa propre batterie dans l’anti-univers, une sorte de monde sens-dessus-dessous de Stranger things, mais avec pleins de méchants mecs en slip. Deux Gardiens sont ensuite bannis pour avoir cherché à unir les différentes lumières du spectre émotionnel, ils s’en vont fonder le Blue lantern corp, autour de la lumière bleue de l’espoir. On découvre par la suite l’Agent orange, et sa lumière orange de la cupidité, Résultat de recherche d'images pour "indigo tribe"Indigo tribe et la lumière mauve de la compassion, sans oublier les Star Sapphires et leur lumière rose de l’amour. Toutes ces lumières émotionnelles s’affrontent souvent, mais à travers leurs altercations autour de planètes étranges, on découvre un univers riche en possibilités, et une intrigue menant sur plusieurs dizaines de numéros jusqu’à Darkest night, un énorme crossover impliquant tous les héros du DC universe, dans lequel apparaissent les Black lantern.

Résultat de recherche d'images pour "lantern corps"

Selon les auteurs, le côté science-fiction est plus ou moins mis en avant dans les titres Green lantern, mais à minima, nous voyageons dans des systèmes stellaires exotiques, en rencontrant des lantern aux formes originales. L’ensemble est cependant moins cohérent que le côté cosmique de chez Marvel, dont les peuples ont des cultures sensiblement plus fouillées, mais cela reste malgré tout bien plus plaisant à lire, surtout en intégrales, que de bêtes histoires super-héroïques. La vaste saga Green lantern se focalise sur de grands retournement de situations et plutôt que d’être épique, elle utilise plutôt les ficelles du polar, avec toujours des enquêtes, des trahisons et des personnages tourmentés par leur passé. Il y a également une montée en puissance des intrigues, plutôt bien maîtrisée et agréable à lire, et cela sur plusieurs années, et donc une foultitude d’auteurs et d’illustrateurs, et c’est là une chose qui me plaît beaucoup!

Pour celles et ceux intéressés par la découverte d’une grande fresque colorée et science-fictionneuse, je ne peux donc que vous recommander chaudement les intégrales de Green lantern. Et pour celles et ceux s’aventurant régulièrement dans l’antre de Patate des ténèbres, eh bien ma foi, libre à vous de m’emprunter ces tomes!

5 commentaires sur “L’univers lantern, c’est super green!

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :