Hier soir j’ai joué à… #18

… l’Appel de Cthulhu, dans les Contrées du Rêve! Voilà bien un jeu et un univers particulier que j’affectionne, avec la possibilité de créer des rêves – certes, un peu cauchemardesques – et offrir aux investigateurs et investigatrices une évasion vers une dimension, qui peu parfois paraître un peu hostile, mais amenant également son lot d’émerveillement, une chose rare dans l’Appel de Cthulhu.

Il s’agit là d’une mini-campagne exclusivement dans les Contrées du Rêve, en trois actes et tournant autour du rêveur Chrétien de Troyes. Ambiance arthurienne donc, déformée par le prisme cthulhuesque et avec du chevreau cosmique dedans!

Pour cette première session, du rôliste aguerri, forgé dans les flammes de la montagne du destin! Gero incarne donc Konniger Mangurson, un explorateur norvégien du début du XXème siècle, Floriane incarne Paloma Barrasas, une rancher texane des années 2, Anna incarne Martha Gordon, journaliste dans les années 3, et Lucie incarne Gisèle Frémont, une archéologue belge reconvertie en aide-soignante, car vivant en pleine seconde guerre mondiale.

Première aventure suivant (normalement) le récit du Chevalier à la charrette, et qui évidemment ne se déroule pas du tout comme prévu. Heureusement d’ailleurs pour nos investigateurs et trices, qui se retrouvent donc dans un royaume de Loègres revisité, avec un mystérieux et inquiétant chevreau au sang vert régnant sur une forêt brumeuse et corrompue. La rencontre avec Chrétien de Troyes, en route pour Tintagel, se passe bien, la question évident du Kèskonféla? est posée, mais les voici qui partent explorer cet éclat arthurien onirique, pour découvrir qu’ils et elles se trouvent réellement dans un cycle, au sein duquel ils sont les nouveaux chevaliers (et dames, donc) de l’aube, guidés par les termes d’une prophétie les désignant comme protecteurs du royaume et tueur du chevreau au sang vert, un rejeton de Shub-Niggurath, oui, rien que ça. Et après quelques errances, les voici en train d’accomplir une partie de cette fichue prophétie! Pouf, facile, vite plié, voilà une aventure qui m’aura bien plu, en grande partie grâce à la tablée bien dynamique (ce sont des personnes que j’aime beaucoup à la base, donc pas de violence ou fourberie inutile).

Je n’ai pas vraiment lu les dernières éditions des Contrées du Rêve, cela ne m’intéresse pas spécialement, car j’estime que c’est là un lieu de créations personnelles. HP Lovecraft n’y fait pas saillir ainsi des pans de l’Histoire, mais à la manière de Clark Ashton Smith, imagine une combinaison fantasmagorique plus subtile. Chacun fait comme il veut, et je préfère fournir une assise à mes rôlistes, historique en l’occurrence, et broder du Mythe dessus, pour saupoudrer ensuite d’une touche de fantasy, afin d’avoir ma propre recette. C’est ça qui me plaît dans les Contrées du Rêve!

6 commentaires sur “Hier soir j’ai joué à… #18

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :