Bios Genesis… Manges ta soupe!

Hello mes p’tites patates protozoaires! Bon là je vais vous toucher deux ou trois mots, non seulement au sujet d’un jeu, mais également du concept brillant de son excellent créateur. Dans Bios : Genesis, fraîchement né d’un financement participatif, nous allons incarner… la soupe primordiale! Oui, comme ça, le funky semble bien se cacher derrière une pile de kukenbois, mais les jeux de Phil Eklund sont réputés pour être exigeant, profonds et immersifs, nous voici donc à incarner la vie il y a 650 millions d’années, et à manipuler des cubes représentant des molécules, puis, quelques millions d’années plus tard, des chromosomes permettant de former – ou pas – des formes de vie plus avancées. Avec de la chance, nos petits cubes vont devenir des macro-organismes, aquatiques et peut-être terrestres. Bien entendu, des évènements extérieurs vont se produire pour menacer nos jolies mais très fragiles créations, et à coup d’acidité extrême de l’océan primordial, il va nous falloir survivre en nous adaptant!

Alors, après avoir lu les 68 pages de règles gracieusement traduites sur BGG et avoir visionné la vidéo des jeux de Chaps (ICI), et avant d’avoir encore pu le sortir, je dois admettre que ce jeu, bien que excessivement dense, s’avère particulièrement exaltant! Oui, c’est un jeu à réserver à une infime frange de ludovores velus, ceux qui vont s’extasier devant une représentation de trilobite en se demandant comment agencer un paquet de chromosomes pour faire apparaître cette merveille, mais pour ma part, j’admets que de plus en plus, je recherche des expériences ludiques de cette ampleur, pas obligatoirement des jeux aux règles denses – j’aime tout autant les jeux abstraits – mais des auteurs comme Phil Eklund ou Vital Lacerda semblent pour le moment les seuls à satisfaire ma curiosité ludique.

Concernant l’auteur, j’ai eu récemment l’occasion d’enfin essayer le bien goûteux High frontier, dont l’apparence fait peur, mais qui est finalement doté d’une mécanique fluide et de règles riches, mais facilement compréhensibles. Immersion rapide dans cette course entre les mondes du système solaire intérieur! J’ai également participé au financement participatif des nouvelles éditions de ses jeux Greenland et Neanderthal, basés sur des mécaniques également riches mais fluides, toujours avec cette thématique de la survie en périodes extrêmes. Contrairement à beaucoup de jeux à l’allemande, ce thème de la survie n’est pas une composante de fin de tour, où il faut généralement avoir économisé du poisson pour nourrir ses meeples, mais reste une constante menaçante tout du long du jeu, ce qui évidemment incite à développer des réflexes de jeu différents, ce que je trouve particulièrement stimulant!

5 commentaires sur “Bios Genesis… Manges ta soupe!

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :