Ma’at, tout en beauté

Maat1 14112007 204729

En 2051, sur Terre, la notion de gouvernement a disparu. Un libéralisme sans limite a supplanté le capitalisme et l’ordre mondial est désormais entre les mains d’une poignée de sociétés commerciales ultra puissantes. A Bombay, Isis, une jeune fille orpheline, est recueillie par Wadi, un chercheur généticien ami de ses parents défunts. Ce dernier a un fils, Soh, et les deux enfants livrés à eux-mêmes tissent ensemble une relation fusionnelle qui va petit à petit se transformer en amour passionnel. A la mort de Wadi, Soh disparaît sans laisser de trace. Partie à sa recherche, Isis est enlevée et transportée dans un centre de recherche aux abords d’un cratère lunaire où elle subit diverses expériences génétiques. En 2093, au nord de l’Inde, les satellites détectent une forme de vie humaine au beau mileu d’une pluie de météorites.

Bon! Ma’at, c’est une bande dessinée de Simon G Phelipot, éditée aux éditions Carabas. Mon dealer de comic books habituels venait de récupérer cette œuvre graphique et n’essayait pas de me la refourguer, sachant que je n’aime que les mecs en spandex, et les filles volantes en string ficelle tout du long de l’année. Mais finalement, malgré mon goût évident pour un esthétisme élitiste, j’ai fais mon curieux, je suis allé retirer quelques sous (oui car mon dealer de comic books et un être surréel, mais il ne prend pas les cartes bleues), et j’ai donc pris ce premier tome (puis rapidement le second aussi).

Alors, qu’avons-nous là? Une œuvre très belle, très surprenante, difficilement lisible également, mais paradoxalement, cela ne gêne pas vraiment le plaisir visuel que l’on retire de cette lecture. Ma’at m’a beaucoup fait pensé aux créations graphiques de Enki Bilal, le Sommeil du monstre et tout ça, mais ici, l’histoire est comme engloutie par les planches, où se mélangent photos, peinture et manipulations en tous genres. Cela paraîtra un peu pédant, mais il faut vraiment s’arrêter un moment sur chaque planche, afin déjà d’en comprendre le sens, puis de le raccrocher à une trame scénaristique très loin d’être évidente à suivre. Houlà boudiou! Mal de crâne en perspective! Que non point mon brave, Ma’at est véritablement une œuvre graphique originale, et donc sa lecture n’est peut-être pas « simple », mais il n’en reste pas moins que c’est là quelque chose à découvrir et à comprendre.

3 commentaires sur “Ma’at, tout en beauté

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :