Dune vs Rex, l’un d’eux est un ghola…

Hello mes p’tites patates épicées! J’ai eu, il y a fort longtemps maintenant – ludiquement parlant – l’occasion de comparer deux très bons jeux, utilisant exactement la même mécanique. Pour le vénérable ancêtre, il s’agit du légendaire Dune, de Bill Eberle, édité en France par Descartes, et originellement par Avalon hill. Bon, là, gros jeu, dans tous les sens du terme! J’ai eu le grand plaisir d’y rejouer il y a peu, grâce à un amoureux des vieux jeux, eh bien ma foi, même après ma dernière partie il y a dix ans, le plaisir était toujours là, ainsi que l’envie d’y revenir. Cette fois-ci j’incarnais la Guilde, mon alliance avec le Bene Gesserit fut profitable face aux quatre autres factions. Alors, cette adaptation française, avec ce bon vieux plateau qui blesse durement les yeux! Finalement les règles sont simples, comme énormément de gros jeux d’aujourd’hui, ce sont bien entendu les exceptions qu’il faut retenir, et surtout bénéficier d’une connaissance des cartes traîtrise. Le jeu en lui-même est vraiment simple à assimiler, c’est sa mise en application qui peut en effet rebuter les plus fragiles ludovores 🙂

La couverture de la boîte éditée par Avalon hill en 1979

Comme pas mal de gros jeux, Dune offre une phase d’alliances qui peut entraîner fourberies et interminables tractations, voilà où la durée peut s’étendre à l’infini, mais le jeu est également violent,et les habituels six ou sept tours peuvent bien se réduire à quatre ou cinq. C’est un jeu à l’énorme rejouabilité, et dans une moindre mesure, je l’ai retrouvé dans Battlestar Galactica, où les accusations et l’atmosphère de paranoïa peut amener les joueurs aux premières lueurs de l’aube. Il est par contre amusant de voir que pour les anciens, Dune est un jeu inadaptable car étroitement lié à la thématique inspirée par Frank Herbert et son merveilleux cycle du même nom. Au fil du temps cependant, il apparaît évident que l’excellente mécanique inhérente à ce jeu d’exception pourrait être transposée dans d’autres univers.

J’en viens donc à Rex – Les derniers jours d’un empire. La transposition de Dune dans l’univers de Twilight imperium. C’est édité par Fantasy flight games et cela se sent dans le matériel de qualité, avec même de belles figurines pour représenter le bombardement orbital, pendant de la tempête sur Arrakis. Tout est magnifiquement cartonné, et les différentes factions de Dune ont des pouvoirs identiques pour leurs contreparties dans l’univers de Twilight imperium. L’adaptation est donc parfaitement identique… Un peu trop même. Du coups, celles et ceux qui sont bercés par la légende du Dune d’Avalon hill veulent plutôt découvrir ce bon vieux papy, et Twilight imperium étant peu connu par chez nous, Rex s’est finalement vu délaissé après seulement quelques parties. Son rapide destockage peu après sa sortie semble indiquer que le même réflexe pro-dunesque s’est produit ailleurs. Pas du tout mauvais, avec une mécanique fluide et des possibilités intéressantes, Rex reste donc finalement une copie exacte de Dune. On le préfèrera pour ses légères mises à jour, mais essentiellement pour son matériel de grande qualité, ainsi que son prix. Dommage tout de même que FFG se soit contenté de sortir une copie du vénérable ancêtre, sans même essayer d’y apporter quelques améliorations.

5 commentaires sur “Dune vs Rex, l’un d’eux est un ghola…

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :