Un jour, un jeu : the Galactos barrier!

 

Hello mes p’tites patates mélomanciennes! Bon alors, the Galactos barrier n’est pas vraiment un jeu, mais plutôt un univers pour Amazing engine, qui fut une tentative de TSR souhaitant créer un système de règles génériques pour un ensemble d’univers. La création de personnage tournait autour de huit caractéristiques et de d100. Sa particularité était que les joueurs pouvaient créer un personnage générique, qu’ils seraient en mesure de transposer d’un univers à l’autre en répartissant leurs points d’expérience à leur guise.

The Galactos barrier, écrit par Colin McComb, fut l’un de ces univers pour Amazing engine, un livre de près de 150 pages se voulant suffisant pour jouer dans ce setting très space opera. Rien de bien original, la mise en page est datée et fait mal aux yeux, mais en soi, c’est jouable! Il s’agit d’un empire du mal où se croisent plusieurs espèces plutôt marrantes à incarner, masse gélatineuse tenant lieu de doppleganger, robots ou hommes-lézards, en plus des humains. L’action se focalise sur une petite région de l’empire, dont les grandes lignes sont expédiées en quelques pages. Le Duché de Kellinon, pour sa part, est mieux détaillé. Les personnages y incarnent (de préférence) des Musiciens, détenteurs de pouvoirs basés sur la Musique, l’équivalent local de la Force, ici divisé en trois grands ordres, les Harmoniens sont inclinés vers la Loi, les Mélodiens vers l’Équilibre, les Discordiens vers le Chaos… Moui, classique. L’Empire, connu sous le nom de Domaine de Morione, favorise les Harmoniens et persécute les deux autres groupes. Les personnages sont donc des résistants, en lutte contre l’oppresseur, tout ça. Par contre, contrairement à la Force, les pouvoirs liés à la Musique sont très puissants, avec des coda, pouvoirs ultimes, pouvant affecter une planète entière. La Barrière de Galactos est d’ailleurs le nom de l’un de ces coda. Une vingtaine de pages sont consacrées au descriptifs de ces pouvoirs.

Bon alors Amazing engine, je dis non. Quitte à prendre du d100, autant employer le système de Chaosium, car les compétences manquent un peu durant la partie. Pour ce qui est des différents setting, comme The Galactos Barrier par exemple, là je dis oui. En effet, ce n’est pas follement original, mais pour faire un one-shot un peu héroïque, entre deux aventures Ravenloft par exemple, incarner des résistants pouvant réellement changer les choses fait du bien aux joueurs. Il faut prendre ces différents univers comme tel, des interludes plutôt bien ficelés.

2 commentaires sur “Un jour, un jeu : the Galactos barrier!

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :