Xia, les pirates malmouleux!

Hello mes p’tites patates! Je réalise que je n’ai jamais partagé avec vous mon ressenti sur un jeu que j’aime pourtant, et de manière irrationnelle, vraiment beaucoup. Il s’agit de Xia – legends of a drift system, et de son extension Embers of the forsaken… Oui, le titre du prochain supplément fera sûrement une vingtaine de mots! Xia est édité par Far off Games et provient d’un financement participatif, qui a donc permis de sortir une énorme boîte remplie à ras-bord d’un matériel de fou.

Dans Xia, nous sommes aux commandes d’un petit vaisseau que nous pouvons customiser dès le départ, et qui possède des capacités uniques. Pas de folies possibles en débutant, mais déjà, il est possible de s’orienter vers une carrière plus ou moins honnête, plus ou moins prestigieuse. Le but du jeu va être de remporter un nombre de points de gloire, déterminé en début de partie, et pour ce faire, il va falloir compléter des missions. A partir de là, il faudra choisir, soit de rester un honnête marchand et se cantonner aux missions de transport de marchandises d’une planète à l’autre, soit faire régner l’ordre en traquant les pirates, soit devenir hors-la-loi et attaquer les autres. De nombreux évènements disséminés sur des tuiles de systèmes stellaires à explorer vont régulièrement nous détourner de ces missions, et l’apparition de vaisseaux-non-joueurs pourra nous embêter ou pas. On va pouvoir accumuler des crédits de diverses façons, améliorer son vaisseau, voir en changer pour de plus performants, toujours avec de nouvelles capacités uniques.

C’est amusant car j’ai eu envie d’écrire cet article après avoir laissé un commentaire au sujet de Fortunes de mer, sur l’excellent site ludique de Gus and co. Les deux jeux partagent en effet une mécanique totalement axée sur un aléatoire pouvant difficilement être maîtrisé, et interférant fréquemment, et inutilement à mon goût, avec le plaisir ludique. Mais là où Fortunes de mer n’aura été qu’une déception et une expérience que je ne renouvellerai pas, la thématique de Xia et quelques suppressions de jets de dés inutiles m’a permis d’obtenir quelque chose de bien plus agréable à jouer. Attention cependant, tous les combats se règlent aux dés, les évènements également et si plusieurs conditions de victoire ont été corrigées avec des règles maisons, Xia – legends of a drift system peut très facilement devenir une source de frustration, et gâcher un après-midi ludique. Il faut le savoir en le découvrant, car si les figurines, les pièces en métal et la trouzaine de cubes multicolores font son charme, une session peut se prolonger trois ou quatre bonnes heures.

Alors que ce n’est normalement pas du tout mon type de jeu, à cause de l’omniprésence de l’aléatoire, j’ai malgré tout était séduit par la thématique et la qualité du matériel de Xia, qui du coup ressemble beaucoup dans sa richesse à Fortune de mer, avec un peu de Merchant of Venus dans sa saveur. C’est un pur jeu Kickstarter, n’amenant finalement pas grand chose de nouveau en terme de gameplay, mais offrant un énorme potentiel de fun avec un matos irréprochable. Si vous avez un rein à vendre, je ne peux que vous encourager à l’essayer!

 

 

7 commentaires sur “Xia, les pirates malmouleux!

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :