Chroniques de Malataan #03 : Les Portes d’Erilim

Coucou mes p’tites patates sith! Petit rapport d’une session-découverte de jeu de rôles, dans l’univers de Star wars d6, et dans un secteur galactique fait maison. Vous trouverez la description de Malataan par ICI. Tout commence peu après la fin de la prélogie, alors que Palpatine prend le pouvoir et que les Jedi commencent un peu à tirer la langue.
Privé de tout lien avec le reste de la galaxie, le monde isolé de Malataan doit désormais faire face à une nouvelle menace; Le nouveau Moff, Garlan Tosk, dépêché depuis Corsucant afin de hâter la chute du monde résistant à la pression impériale, a su manoeuvrer quelques malataani afin d’en faire des alliés – Certains parlent plutôt de pantins – et sa première action et de renforcer le blocus planétaire en coupant toutes communications entre la planète et ceux vivant au sein de la ceinture extérieure, aux confins du système, sous la protection de la Maison Kalasta. Par des moyens inconnus de l’officier impérial, ses alliés malataani ont réussit à établir une coupure totale des communications autour du domaine spatiale Kalasta, et ce n’est plus qu’une question de jours avant que le palais de Kamat ne soit enfin découvert…
***
Eric incarne Tuonek, un duro Capitaine du Saburuu.
Stéphane incarne Vikki, une rodienne ancienne agent du Sénat.
Laurent incarne Glodi, le mécanicien arcona du Saburuu.
Anne-Cat incarne Rowr, une togorienne pirate repentie.
***
Convoqués de toute urgence par la Sibru Galmia Malata, en charge pour le Conseil des affaires extérieures, nos héros et héroïnes se rendent au Palais des Cinq afin d’entendre le rapport alarmant indiquant la coupure de toutes les communications avec les gens de la Maison Kalasta, qui se voit ainsi isolée, au moment où apparaît dans le système un nouveau Moff, ancien officier du renseignement républicain, désormais un loyal serviteur de l’Empire de Palpatine. Galmia explique qu’il est primordial de découvrir et neutraliser la source d’un tel brouillage, mais également de s’assurer que les alliés de la Maison Kalasta ne subissent pas directement la menace impériale.
La fine équipe accepte la mission, le Saburuu étant désormais le vaisseau le plus rapide disponible sur Malataan. Rowr estime cependant pouvoir réduire le temps de voyage en sacrifiant quelques heures à contacter Brohn, un contrebandier arcona de la capitale, disposant en effet des éléments nécessaires pour booster un peu le vaisseau de Tuonek. Les négociations sont rondement menées (par Brohn), et le groupe se retrouve embringué dans une expédition vers un module de stockage appartenant au Conglomérat Makfarris, de dangereux maffieux regroupés à l’orée du Dédale de Nalata, ayant été contraint d’abandonner plusieurs de leurs caches orbitales après avoir été chassé par les autorités malataani. Grâce aux talents de Vikki, l’accès aux consoles de la passerelle de commande est facilement déverrouillé et l’équipe peut accéder aux derniers stocks du module n’ayant pas été pillés.
Après cet intermède, le Saburuu gagne en effet en vitesse, grâce aux talents hors-pair de son Capitaine qui booste ainsi son hyperdrive – Non, Glodi n’a aucune part dans l’affaire – Le vaisseau file donc à travers le système sans rencontrer de patrouille impériale, et parvient à rallier les abords de la ceinture d’astéroïdes principale en deux jours.
Malheureusement, l’audace légendaire de Tuonek lui joue des tours au pire moment, lorsqu’il lui faut décélérer pour entrer dans le champs de débris. Son pilotage d’ordinaire acrobatique amène le Saburuu à venir heurter plusieurs astéroïdes avant qu’il ne parvienne à déclencher un arrimage d’urgence. Le vaisseau n’est plus qu’une épave, égarée dans un environnement hostile, avec des croiseurs interdictor bien trop près de sa position.
Bien heureusement, les communications fonctionnent toujours, et quelques mineurs vassaux des Kalasta captent leur appel de détresse, venant les guider jusqu’à Kamat après qu’ils aient reconnus les grands héros que sont les pjs. Les mineurs disposent de petites unités autonomes vieillissantes, mais parfaitement fonctionnelles, aucune trace par contre de vaisseaux dignes de ce nom aux abords de la grande station palatiale de la Maison Kalasta…
C’est Nostio Kalasta, fils aîné de Dame Shalla Kalasta, qui accueille en personne les pjs. Ravi de voir les héros et héroïnes de Malataan venir résoudre la crise actuelle, même à bord d’une épave. L’équipe prend ses aises dans de confortables appartements, et découvre la vie à bord du palais spatial Kalasta. Dame Shalla mets bien entendu tous les moyens disponibles à leur disposition, précisant que sa Sibru, Eniata, lui a rapporté la destruction de l’ensemble de sa petite escadrille, dans de vaines recherches du croiseur impérial devant maintenir le brouillage des communications. Les moyens disponibles se résument donc à bien peu de choses.
Les pjs profitent du temps de réparation du Saburuu pour interroger Nostio Kalasta au sujet d’une théorie dont il leur a parlé, concernant la légende de la Station Erilim, un avant-poste du Techno-syndicat qui vint jadis proposer son aide aux malataani afin de bâtir leurs premières stations spatiales. Aide qui fut diplomatiquement refusée. Depuis ce temps, les communautés de mineurs malataani mentionnent souvent l’existence de brouillages sporadiques, de lumières étranges entre les astéroïdes, voir même d’escadrilles de chasseurs droïds disparaissant soudainement. Nostio leur précise que Dame Eniata, en sa qualité de première Sibru et officier en charge de la sécurité, a toujours refusée cette idée, lui préférant celle d’un croiseur impérial doté d’une technologie encore inédite. Rowr va interroger Eniata à ce sujet, qui lui confirme sa position concernant les mythes et légendes des mineurs, proposant en outre à la togorienne et ses alliés de rallier la cause de la Maison Kalasta, qu’elle verrait bien s’affranchir du poids des traditions malataani.
[Eniata Kalasta était en poste sur Coruscant peu avant la chute de l’Ordre Jedi, elle fut abordée par Garlan Tosk, déjà au service de Palpatine, et désireux d’approcher ceux de l’Ordre Jedi Malatani afin d’en apprendre plus sur les mystérieux cristaux en leur possession. Alors une simple padawan, Eniata fut convertie par Garlan et devint une Jedi noire, apprenant à manipuler certains pouvoirs de dissimulation et de contrôle de l’esprit. De retour dans le système Malataan, elle se mit à recruter des partisans pro-Empire et se lança dans la quête de la station Erilim, persuadée de disposer par ce biais d’un poids conséquent face à son maître. C’est bien elle qui activa la sphère de brouillage, et qui cherche à temporiser le temps de pouvoir rallier suffisamment de partisans]
Eniata Kalasta les accompagnant sur une suggestion de Rowr, les pjs décident de partir hors de l’influence de la sphère de brouillage pour en repérer l’épicentre. Malheureusement, à peine sortit de la protection du champs d’astéroïdes, Garlan Tosk à bord du Vengeance rouge vient demander des comptes à sa disciple. Face à un croiseur de classe Interdictor, le Saburuu n’a évidemment aucune chance, et malgré quelques échanges de turbolaser, le petit vaisseau parvient à filer vers la source du brouillage, quelle qu’elle soit.
C’est avec un croiseur impérial à leurs trousses que les pjs découvrent l’emplacement de la Station légendaire d’Erilim. Camouflée derrière de nombreux champs holographiques, elle leur apparaît comme un énième amas de débris spatiaux. Mais la présence du croiseur impérial active ses défenses extérieures; Des nuées de droïds vautours, qui mettent en déroute le Moff, préférant se replier loin de la zone.
Les pjs découvrent ainsi des hangars où sont parqués des forces droïds du Techno-syndicat, apparemment en mode automatique depuis des décennies. Aucune trace d’un équipement conséquent pouvant générer un brouillage sur des dizaines de milliers de klics, mais en explorant un premier avant-poste, Glodi aux yeux perçants découvrent des annexes camouflées, permettant d’accéder à la véritable Station Erilim.
[Bien que les traditions Jedi n’aient jamais intéressées les dirigeants du Techno-syndicat, la connaissance de cristaux spécifiques à Malataan et en mesure de contribuer à l’édification d’un bouclier planétaire attira Wat Tambor et les siens. Sous couvert d’une collaboration technologique, plusieurs agents s’infiltrèrent dans des sanctuaires isolés à la surface de Malataan, et s’emparèrent des précieux cristaux – Ce furent d’ailleurs ces derniers qui vinrent à manquer, menaçant récemment de voir le bouclier s’effondrer – La Station Erilim, bâtie dans le plus grand secret, devint un laboratoir d’étude et très vite, les savants du Techno-syndicat découvrirent les propriétés uniques des cristaux malataan. Ouvrant des passages quantiques entre des lieux éloignés, à l’identique des anciennes Portes d’infinité des légendaires Kwa. La fin abrupte de la coalition séparatiste mit un terme au projet, mais toutes les données et les prototypes d’arches malataan sont toujours là]
Eniata, contrainte d’éliminer les pjs, utilise ses pouvoirs Jedi pour leur tendre pièges et embuscades, mais nos héros et héroïnes réagissent bien plus rapidement et neutralisent la disciple, qui a cependant le temps d’envoyer un message mental à son maître.
Le temps qu’une navette impériale arrive dans la zone de brouillage, les pjs ont découverts les arches malataan, sans toutefois en comprendre l’origine ou la nature. Ils découvrent surtout un contingent complet de soixante milliers de droïds combattants du Techno-syndicat, une aubaine dans la lutte de leur monde face aux forces impériales.
Bien que nos braves pjs soient dans l’action plutôt que dans la réflexion, ils ne parviennent pas efficacement à repousser les stormtroopers qui déboulent. Il faut la maladresse de Glodi, lançant une reprogrammation ratée des droïds Vautours, pour faire place nette. Le résultat est très laid, mais plutôt efficace.
Finalement, après quelques errances, les pjs découvrent le centre de communication de la station, à l’origine adapté pour des communications interstellaires, mais transformé par Eniata en centre de brouillage. Tuonek propose que Glodi, désormais expert en technologie techno-syndicale, réduise l’influence du brouillage à la seule station, afin d’en dissimuler la présence aux forces de l’Empire.
Dame Shalla Kalasta se voit remettre le contrôle de la base secrète par les pjs, qui sont loués comme les grands héros malataani qu’ils sont. La ceinture extérieure compte grâce à eux une puissante forteresse spatiale, en mesure de tenir tête aux forces de l’Empire. Leur retour sur Malataan leur vaut également tous les honneurs, ainsi que de belles statues à leur effigie.

4 commentaires sur “Chroniques de Malataan #03 : Les Portes d’Erilim

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :