Hailóng, le Dragon aquatique [S.I.A.R]

Jupiter and Juno by TolyanMy on DeviantArt

Durant tout le 22ème siècle, les lunes de Jupiter furent le domaine exclusif du Dragon de feu, avant que de complexes intrigues politiques ne fassent basculer les stations joviennes sous le contrôle du Dragon aquatique, majoritairement contrôlé par les descendants des keratsu vietnamiennes et laotiennes.

Hailong - jupiter blancHǎilóng est tout autant le plus puissant domaine de l’Aoi umi que le plus exposé aux incursions des forces du Bloc rouge. Fortement militarisé, la Troisième opposition a drainée près d’un tiers de ses ressources afin d’assurer l’entretien d’une ligne de défense pratiquement impénétrable, mais dont le coût se fait désormais cruellement ressentir.

La majorité des communautés sont regroupées sous la surface d’Hǎiyáng [Europe], dans des stations-dômes accrochées à la banquise lunaire. De puissants réacteurs à fusion fournissent un surplus d’énergie transféré dans un réseau d’orbitales automatisées regroupant des industries lourdes bénéficiant à toutes les lunes joviennes. Le réchauffement de l’océan sous-glaciaire est extrêmement bien monitoré, afin d’entretenir des populations d’espèces adaptées qui prolifèrent et assurent une ressource abondante disponible pour tout le Bloc bleu.

Quelques puits de descente sont entretenus et assurent la liaison entre les cités sous-glaciaires et la surface, où sont concentrés plusieurs spatioports, ainsi que des complexes de recherche. Hǎiyáng est souvent considéré avec condescendance par les autres Dragons, qui constatent un très grand nombre de pêcheurs formés dans des académies locales, mais très peu de scientifiques en mesure d’exporter leur savoir. La lune est souvent désignée du sobriquet de Lǐyú pén – le bassin aux carpes – et se voit souvent snobé par les puissants seigneurs de l’Aoi umi.

Malgré sa réputation peu flatteuse, Hǎiyáng reste le cœur administratif du Dragon bleu, et étend son influence aux autres lunes joviennes. Des orbiteurs EM, version améliorée des catapultes en fonction dans les mondes du Bloc rouge, offrent des liaisons rapides entre les astres principaux et assurent également une fonction de patrouilleurs tout autour de Jupiter, venant ainsi appuyer le maillage de drones encore fonctionne après la fin de la Troisième opposition. Plusieurs stations en orbite de Hǎiyáng abritent également de petites communautés et regroupent des flottilles de caboteurs pillant les innombrables épaves et modules errants dans l’influence de Jupiter. Ces familles ne sont pas comptabilisées dans la population globale mais restent tolérées par l’autorité du Hǎilóng, qui ne peut allouer de budget à la reconversion de tous les débris.

Huǒshān [Io] est une lune peu exploitée mais disposant autour d’elle d’un nombre important de chantiers navals entourés de ceintures défensives. C’est le cœur militaire du Hǎilóng, regroupant deux des trois flottes veillant à la protection du secteur de Jupiter, et donc la porte vers les autres mondes du Bloc bleu. Lors de l’exode des keratsu de la sphère asiatique vers les mondes extérieurs de Sol, la concession d’Huǒshān fut octroyée au Dragon cambodgien, qui avait déjà pour tâche de développer une infrastructure militaire. Les keratsu mobilisées pour cette entreprise échouèrent, et le Dragon fut absorbé par ses voisins plus agressifs. Néanmoins, les plus anciennes orbitales portent toujours la marque de fabrique du Dragon cambodgien, et sont connues pour leur robustesse et facilité d’entretien.

Avec une force totale de trente vaisseaux, dont quatre très gros torpilleurs, Huǒshān dispose d’une puissance en mesure de peser sur toutes les négociations au sein de l’Aoi umi. Sous l’autorité de l’Amiral Tran Dũng, véritable seigneur de guerre comme il n’en existe qu’au sein du Bloc rouge, la lune et son arsenal restent cependant tributaires des ressources du reste de Hǎilóng, en particulier en ce qui concerne la technologie de pointe nécessaire aux vaisseaux. Depuis la fin de la Troisième opposition, l’Amiral s’implique dans une campagne médiatique en vue de passer pour un grand héros de la guerre, protecteur de Jupiter et seul garant de la sécurité des communautés du Dragon aquatique face aux impitoyables pillards du Bloc rouge. La timide présence de l’OPMS dans le système des lunes joviennes lui déplaît fortement, et pourrait rapidement devenir sa cible privilégiée.

Lěng hú [Ganymède] était jadis le cœur du pouvoir pour le Dragon de feu, et les nombreuses infrastructures à sa surface attestent toujours du pouvoir de ce géant maintenant cantonné aux confins du Bloc bleu. Comme pour Hǎiyáng, la plupart des communautés lunaires vivent sous la glace, abritées dans des stations accrochées à la banquise. Lěng hú concentre de nombreuses académies et des centres de recherche tournés vers l’ingénierie génétique. Les fonds marins servent d’incubateurs à de nouvelles espèces, destinées à la colonisation de l’Aoi umi, mais également à des mondes hors du système.

La troisième flotte du Hǎilóng est en orbite de Lěng hú, où se trouvent également de nombreuses centrales à fusion, servant d’appoint pour différents projets sous-marins gourmands en énergie. Cœur névralgique du Dragon aquatique, la grande lune fut de tout temps un enjeu stratégique, aussi bien pour les forces du Bloc rouge que pour les autres Dragons. Transformée en véritable forteresse, elle n’accueille que des scientifiques, des ingénieurs et leurs proches.

Dans l’hypothèse d’une invasion du système jovien par une force hostile, Lěng hú doit servir de dernier bastion, et plusieurs grandes cités sous-glaciaires sont en sommeil, monitorées par des IA, en attente de codes d’urgence qui pour le moment ne sont jamais arrivé. Ces cités, au nombre de huit, peuvent aisément accueillir l’ensemble de la population du Hǎilóng et ont une autonomie de plusieurs années. Elles sont considérées comme un mythe par les populations des autres mondes.

Les projets de pacification de Sol proposés par l’OPMS trouvent ici de nombreux sympathisants, et bien que Hǎilóng s’aligne sur la politique de non-ingérence du reste du Bloc bleu, le Conseil d’administration de Lěng hú a entamé quelques échanges technologiques avec des émissaires de l’organisation.

Tiāntáng [Callisto], de par sa position éloignée par rapport aux autres lunes joviennes, fut exploitée tardivement et son océan sous-glaciaire fut réservé à des dômes formés de nanoblocs, en mesure d’offrir des conditions de vie très confortables. Les puissants dirigeants du Bloc bleu aiment venir voyager jusqu’à ces stations luxueuses, où ils et elles peuvent négocier de complexes accords dans la plus grande quiétude.

Depuis la Troisième opposition, la lune est interdite aux populations ouvrières et une force de sécurité entièrement robotisée assure le maillage de la surface. Grandement épargnée par les conflits, Tiāntáng ne possède aucune représentativité dans la gouvernance du Hǎilóng, mais joui par contre d’une immunité totale face aux demandes d’investigations des autres Dragons. Nul ne sait réellement ce qui se trouve sous la croûte glacée de cette lune, et les émissaires du Dragon aquatique ont pour ordre d’essaimer de fausses rumeurs sur des laboratoires de pointe, en vue de détourner l’attention de ceux, réels, sous la surface de Lěng hú.

4 commentaires sur “Hailóng, le Dragon aquatique [S.I.A.R]

Ajouter un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :