Low, les Robinson’s, sous l’eau, plus trash

Couv_239186

Coucou mes p’tites patates subaquatiques! C’est vrai que les tomes sortent, qu’ils sont savourés comme de délicieux sushi, et que je ne vous en touche jamais un mot! Voilà, oubli réparé; Je partage mon ressenti sur la série de Rick Remender et Greg Tocchini, éditée chez nous par Urban comics, Low!

Dans Low, nous sommes dans le futur, un avenir moyen-moyen dans lequel l’Humanité s’est réfugiée dans les abimes océaniques pour éviter un très gros trou dans la couche d’ozone. La surface est calcinée, radioactive, mais également peuplée de créatures étranges. De grandes cités sous dômes regroupent des communautés ayant évoluées séparément, et après plusieurs siècles, les supports vitaux commencent à flancher. Sans surprise, des régimes autoritaires et rétrogrades provoquent la lente extinction de l’espèce.

C’est dans ce sympathique post-apo liquide que nous suivons les aventures de Stel Caine, une scientifique dont la famille fut jadis massacrée par des pirates, et dont le but est de retrouver une sonde spatiale venant apparemment de revenir sur Terre avec de précieuses informations, peut-être un message indiquant la position d’une colonie. Seule contre tous, ou presque, ce sont ses aventures que nous allons suivre durant quelques tomes, découvrant grâce à elle les différentes sociétés humaines sous la surface de l’océan, puis tout le reste.

PlancheA_297313

Rick Remender est un très bon auteur, comme sur son titre Black science, il abord ici la thématique de la famille avec des liens émotionnels très forts, malgré les pressions et influences d’une société en totale déliquescence. Ses personnages sont violents, et malgré des héros et héroïnes attachant, on se prend à ne pas trop ressentir d’empathie pour ces groupes humains décadents. A mes yeux, ce qui caractérise Low est vraiment l’impression de sauvagerie humaine dans un contexte de fin du monde. Le cadre sous-marin appuie encore cette sensation, avec les traits nerveux de Tocchini et surtout les couleurs aveuglantes de Mariane Gusmão, qui impose ici des ambiances totalement surréalistes! Alors oui, le dessin est souvent confus, mais il sert parfaitement les déchaînements de violences qui ponctuent la quête des membres de la famille Caine. J’avoue par contre que d’un tome à l’autre, l’histoire se dilue un peu à cause des différents personnages finissant par devenir un peu tous semblables, mais ce petit défaut ne doit pas vous empêcher de découvrir un univers aussi beau que sauvage, qui est également une source d’inspiration pour les meneurs et meneuses de jeu à Polaris et autres ambiances rigolotes et aquatiques!

Couv_239184

3 commentaires sur “Low, les Robinson’s, sous l’eau, plus trash

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :