Concordia, les aventuriers de la Méditerranée

pic3453267

Coucou mes p’tites patates marchandes! Allez, quelques mots concernant un désormais classique, malgré son jeune âge (2013), un jeu ayant su m’intriguer et me séduire, malgré ses mécaniques peu originales et son thème mainte et mainte fois rabâché, voici donc Concordia!

Jeu de Mac Gerdts, qui nous offre ici une longue suite de déclinaisons à la Alan R Moon et ses fameux Aventuriers du rail, Concordia est un jeu de gestion de ressources autour de la Méditerranée, à l’époque romaine. On pourrait y mettre chatons et ninja, cela ne troublerait pas le jeu – c’est ça la thématique à l’allemande! – Sauf que là, eh bien ma foi, tout fonctionne vraiment très bien, et l’on se prend très rapidement à subir une bien plaisante petite tension tandis qu’il nous faut cavaler pour prendre des ressources, afin de poser rapidement nos villas.

pic3444780

Dans Concordia, nous jouons des familles romaines cherchant à s’étendre d’une ville à l’autre, cela pour grappiller des points de victoire. A notre disposition, une main de cartes à rôles fournissant un choix d’actions. A notre tour, nous jouons face visible une carte, comme le Préfet, nous permettant de récolter des ressources dans une province, fournissant aux opportunistes s’étant collé à nous les mêmes ressources, ou comme le Sénateur, qui en dépensant de précieuses marchandises, nous permet d’agrandir notre main de nouvelles cartes. Le Diplomate permet de copier une action jouée par quelqu’un d’autre, le Marchand permet d’étoffer son entrepôt, etc… Classique, mais diablement bien intégré dans un système permettant de se spécialiser, ou de taper dans un peu tout et n’importe quoi. Toutes ces cartes de rôles sont en outre liées à différentes divinités qui démultiplieront les scores en fin de partie; Jupiter permet ainsi de marquer 1 point de victoire par villa sur le plateau (à une exception près), fois le nombre de cartes de ce type récoltées durant la partie! Difficile de surveiller les autres, mais être à deux sur une même divinité fait mal, l’adaptation est donc nécessaire.

Comme indiqué plus haut, l’auteur propose de régulières extensions, sous la forme de cartes régionales apportant de petites règles supplémentaires. C’est dispensable, mais comme pour les Aventuriers du rail, lorsque l’on accroche et que l’on joue beaucoup, eh bien c’est agréable – et donc indispensable – d’autres boîtes, comme Salsa ou Vénus, apportent des changements plus profonds. La première introduit une ressource joker supplémentaire, le sel, ainsi qu’un forum duquel on collectionnera des tuiles octroyant des bonus, la seconde, plus récente, permet de jouer en équipes.

pic3473745

Concordia est une très bonne surprise et un classique de ma ludothèque, qui sort assez souvent et permet à de jeunes novices la découverte d’un jeu que je considère comme exemplaire. Plus intéressant qu’un Catane, c’est à mes yeux une parfaite introduction au loisir.

Re-coucou mes p’tites patates ! Juste pour vous dire que le site Patate des ténèbres adhère au programme d’affiliation de la boutique Philibert. Libre à vous de cliquer sur le petit panier ci-dessous, qui vous mènera directement sur ce jeu. C’est rapide et surtout, cela permettra à une petite patate ténébreuse d’obtenir une commission sur cet achat – de quoi lui payer un yacht – ce sera donc pratique pour vous, et bien urbain pour elle.

Concordia – prix constaté : 42.90 euros

7 commentaires sur “Concordia, les aventuriers de la Méditerranée

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :