Cerebria, the inside world!

Coucou mes p’tites patates émotionnées! J’avais écris cet article avant l’arrivée du jeu dans mon humble ludothèque, depuis, du temps à passé, des sessions également, je complète donc mon avis sur celui-ci. Il s’agit de Cerebria, the inside world, de Richard Amann et Viktor Peter, chez l’excellent éditeur Mindclash games, qui nous a déjà offert des pépites comme Anachrony et surtout Trickerion (un article ICI).

Dans Cerebria, nous serons donc la Malice, l’Empathie, la Haine ou encore l’Harmonie, il y a plusieurs esprits, formant deux grandes familles, la Joie et la Tristesse, qui vont s’affronter pour tenter d’influencer les régions du monde en les soumettant à la force qu’elles représentent. De nombreuses actions sont possibles, aussi bien sur l’énorme plateau central, où nous chercherons à obtenir des suprématies pour bénéficier de ristournes et de points de victoire, que sur des plateaux individuels, où nous pourrons amplifier des actions grâce à des ressources collectées et des cartes posées.

En ouvrant la boîte, la profusion du matériel peut faire peur. Cerebria est clairement un jeu expert, qui plus est à réserver à un public bien particulier. Dans sa version classique, il implique en effet un jeu en équipes, avec même en prime une troisième team, l’équilibre, pour qui aura kickstarté l’extension. Et jouer en équipe sur un jeu comme celui-ci, ma foi, c’est bien compliqué! Comme d’habitude chez cet éditeur, point de texte mais une iconographie à maîtriser, avec ici une certaine difficulté qui ne s’atténue qu’avec un peu de pratique. Alors qu’un Trickerion se prend assez facilement en main, ce sera plus long pour Cerebria.

Mindclash Games propose une version pré-peinte des figurines du jeu

Finalement assez difficile à sortir, Cerebria n’en reste pas moins une petite merveille, avec du positionnement impitoyable sur le plateau central, le but étant de compléter au moins un objectif précis, entre un public et un secret, tout en coordonnant ses efforts avec son équipier ou son équipière. Difficile, mais très stimulant! L’exercice s’avère cependant complexe et lorsqu’il n’est pas poussé à fond, peut gâcher la partie. D’ailleurs, si Cerebria est un très gros jeu, sa durée se module facilement, et choisir un mode raccourci accroît la tension, offrant à mon goût toute sa saveur à la partie.

C’est également un jeu à combos de cartes, et les paquets initiaux, bien équilibrés, ne remplacent pas une composition maison en fonction de son type de jeu. Là encore, il faut que l’expérience des ludovores soit identique, autrement le déséquilibre est trop grand, et le fun peut être gâché. En clair, ce Cerebria est vraiment excellent, une pépite ludique aussi belle qu’originale. Mais qu’il faudra beaucoup pratiquer avant de le maîtriser. Point fort? Point faible? Pour ma part je regrette un peu qu’il soit « trop » complexe, mais je ne désespère pas de le sortir plus régulièrement!

16 commentaires sur “Cerebria, the inside world!

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :