Les sept cœurs de Corunarch #6

8281715

Un certain avenir coruun

***

Anna incarne Tarja, une humaine prêtresse du magma

Gero incarne Yanaj, une guerrière humaine maniant un lotulis

Elise incarne Iaid’ma, une pilleuse de tombes très curieuse

David incarne Syfaron, un humain sensei manifestant une lame psionique

***

Suivant l’exemple des affranchis de Tyr, nos héros et héroïnes participent à une révolte semblable devant les hauts murs blancs de Balic, menant la charge face aux prétoriens d’Andropinis, espérant destituer le Roi-sorcier et amener un peu de liberté dans cette région d’Athas. Malheureusement, l’armée archontale s’avère bien trop organisée pour les bandes d’esclaves affranchis, et la révolte tourne rapidement au massacre.

d13e428e858fb7d3dd144bef206be0b8

Dans le même temps, Nooruu et les autres druides coruun n’ont pas réussi à pénétrer les défenses mystiques du palais, où ils tentent de récupérer le Vordokorion. La magie profanatrice est une force qu’ils redoutent visiblement, et sur laquelle ils ne savent rien. Amenant les pjs jusqu’à la crypte où se trouve la géode psionique, il leur est demandé de s’emparer de la relique. Une barrière dimensionnelle plongeant dans le Gris aura été posée, dépassant les talents magiques des membres du groupe. Et tandis que Iaid’ma ira explorer le sanctuaire d’Andropinis, découvrant des trophées elfiques vieux de millénaires, exaspérant ainsi les coruun, Syfaro se décidera à franchir l’arche protégée, donnant ainsi la solution à leurs alliés druidiques. Nootuu décidera de se sacrifier pour laisser passer les pjs dans la salle, où il leur incombera de s’emparer du Vordokorion.

Nooruu transportera ensuite tout le monde à mi-chemin de Tajjaru, la destination des coruun, qui expliqueront enfin ce pour quoi ils auront traversé une mer de pulvre et sacrifié tant des leurs; Ailleurs sur Athas, d’autres Cercles druidiques préparent un puissant rituel afin d’amener un nouvel Âge vert sur le monde. Un lieu de pouvoir a été trouvé non loin d’ici, et Nooruu devait y mener les membres de son cercle, malheureusement décimé par le gzaddaï enfermé dans la matrice cristalline qui propulsait leur nef, brisée durant le naufrage non loin de la côte, et que les pjs auront traqués ces dernières semaines. L’espoir de régénérer Athas est mince, mais les coruun ont consacrés toute leur puissance à ce projet, depuis des générations. Les pjs accepteront d’accompagner Nooruu et les siens jusqu’à Tajjaru, le dernier bastion des elfes.

22

Le lieu n’est plus qu’un amoncellement de ruines, que Albéorn aura prit soin de raser jusqu’aux fondations, coupant les arbres de ce qui avait été un rempart végétal entourant la petite cité. Un piton rocheux s’élève au centre, et Iaid’ma ira flâner à ses abords, découvrant un ancien tunnel s’enfonçant dans les entrailles minérales du monde, un conduit servant jadis aux maîtres et maîtresses de la Voie à acheminer marchandises et voyageurs, à très grandes vitesses, sur de très grandes distances. C’est également elle qui découvrira la crypte abritant l’antique matrice psionique protégeant la cité d’une attaque personnelle d’Albéorn, un objet de pouvoir aux capacités prodigieuses.

Avant d’accomplir le rituel de régénération, Nooruu annoncera qu’un émissaire d’Andropinis approche. Les pjs décideront de l’affronter avant de se trouver sans défense, et rencontreront ainsi Catra la tourmenteuse, une nécromancienne liée au Gris, à laquelle le Roi-sorcier aura confié l’œil de Kaysh. Fort heureusement, la sorcière mercenaire ne pourra rivaliser avec nos quatre héros et héroïnes, et après un combat aussi bref que sanglant, Tarja finira par la sceller dans la roche de Tajjaru.

Deux jours plus tard, le rituel s’achèvera, sans effets visibles mais avec désormais la possibilité qu’une graine de puissance, façonnée loin sous la surface, puisse éclore dans deux millénaires. Tarja et Iaid’ma auront cependant découvert, en participant au rituel, et en fusionnant leurs pensées à celles des trois druides survivants, que ces derniers voient un avenir où seuls les coruun règneront. Elles auront également pu découvrir les souvenirs des druides, comprenant avec horreur que les terribles gzaddaï, scellés dans des matrices psioniques, sont en réalité des êtres vivants dotés d’un potentiel particulier.

La séparation d’avec les coruun sera assez tendue, ces derniers récupérant le Vordokorion afin de pouvoir rentrer par-delà la mer de pulvre. A leur demande, Nooruu déposera les pjs aux abords de Ledopolus Sud, où les attendent maintenant d’autres aventures.

4 commentaires sur “Les sept cœurs de Corunarch #6

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :