Le rituel des deux lunes de sang

Annotation 2020-02-17 115507

***

Julie incarne Koroka, une naine barbare de Ledopolus Nord

Gero incarne Yanaj, une guerrière humaine maniant un lotulis

Elise incarne Iaid’ma, une pilleuse de tombes très curieuse

Laurent incarne Syfaron, un humain sensei manifestant une lame psionique

Loïc incarne Ona, une demie-elfe barde ayant un grand savoir sur l’Âge vert

Valentin incarne Warok, un mûl gladiateur et affranchi

***

Après un séjour à Ledopolus Sud, les pjs saisissent l’opportunité d’escorter une caravane de la Maison marchande Wavir vers Gulg, en contournant l’estuaire de la langue fourchue, puis en longeant la Grande plaine d’ivoire. Arma, la maîtresse de caravane, s’avère particulièrement satisfaite d’avoir des héros et héroïnes aussi dissuasifs pour les pillards du désert, et le voyage se fait sans rencontre malheureuse. Les pjs profitent du trajet pour en apprendre plus sur la mystérieuse Lalali-Puy, reine-sorcière de Gulg, plus connue par son titre divin d’Oba, la déesse de la forêt. Sa cité serait ainsi protégée d’une multitude de dangers par sa seule volonté, pour les négociants Wavir, son marché renferme mille et un trésors de la jungle, que seules les judaga, les archontes de l’Oba, peuvent aller chercher sans risque de périr. Son ennemi est le Roi d’ombre, Nibenay, régnant sur une autre métropole dans la jungle du croissant de lune.

Lorsque la caravane pénètre enfin dans la jungle, suivant une piste encadrée de très anciens totems thériantropes, les fameux dangers tant redoutés des négociants apparaissent aux pjs; Un maître des bêtes inattentif se fait piquer par un insecte et tombe, raide mort de la tête de son mekillot, pour être attaqué par des racines s’enfonçant dans sa chair afin de boire son sang.

Annotation 2020-02-17 115614

Fort heureusement, l’accueil dans le zocalo de Gulg est plus chaleureux, Arma propose aux pjs de séjourner au comptoir Wavir, mais Ajakana, Première lance et Bouche de l’Oba, vient à leur rencontre. La déesse aura perçue leur arrivée, et les invite dans son palais. Visiblement ravie d’ennuyer Andropinis en les considérant comme des champions, l’Oba leur demandera s’ils/elles souhaitent participer au Raja’zuruu, le festival devant se dérouler dans quelques jours, et dont ils/ elles auront entendu parler par les caravaniers. Les pjs accepteront, avant de comprendre que leur groupe sera en fait lié à la déesse de la forêt par un pacte mystique, qui se manifestera durant leur première nuit au palais, sous la forme d’une marque dans leur chair, et qu’ils/ elles seront au cœur du festival des deux lunes de sang.

Piégés par la reine-sorcière, les pjs n’en seront pas moins traités avec tous les égards dû à de grand.e.s héros et héroïnes, et en profiteront pour s’intégrer dans la culture locale des nganda, l’ethnie humaine dominante dans la jungle du croissant de lune. Leurs nuits au palais seront en outre hantées par un même rêve, leur montrant des entrailles minérales grouillants d’une vie inquiétante, sous un bastion antique, dans les montagnes non loin. Les judagas ne sembleront pas connaître la source de telles visions, mais seront persuadées que leur déesse en est la cause.

Le festival des deux lunes de sang consiste à combattre à mort des champion.nes sélectionnés par Nibenay, le Roi d’ombre, sur un sol sacré au cœur de la jungle. Cette année, ce seront les trente membres de l’école Tuek qui auront été choisis, de redoutables adversaires, psychométabolistes aux capacités diverses et variées, qui seront menés par Niuzu, une maîtresse de la Voie. Mais malgré le nombre en leur défaveur, les pjs parviendront à provoquer la colère de leurs nombreux ennemis, qui oublieront toute prudence pour venir au contact. Le combat sera ainsi particulièrement sanglant, et semblera tourner à l’avantage des pjs. Malheureusement, le Roi d’ombre viendra fausser la donne en usant d’une inquiétante magie d’ombre, qui ranimera les corps des psions déjà en train d’être happés par la jungle avide de sang. Habitués à combattre les non-morts avec de l’obsidienne, les pjs réaliseront que leurs techniques éprouvées ne fonctionnent pas contre ces êtres fait de ténèbres magiques. Il leur faudra avertir l’Oba, qui interviendra en personne pour dissiper les manigances de son ennemi.

Half-Giant-by-Michael-Vondracek

Revenant vivants du Raja’zuruu, les pjs seront loués comme les champion.nes de la cité, et bien qu’ils/ elles se soient attirés la colère d’un nouveau roi-sorcier, leur séjour dans Gulg promettra bien des plaisirs et découvertes.

Réseaux sociaux2

3 commentaires sur “Le rituel des deux lunes de sang

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Ce site vous est proposé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :