New Angeles, les manifs du futur

Coucou mes p’tites patates mégacorporatistes! Mais oui, tu ne rêves pas ma p’tite patate, je vais bien te toucher deux ou trois mots concernant un jeu de chez le Grand Satan Asmodée… Oui parce qu’en fait c’est les soldes, je voulais me refaire une opinion sur une crèmerie locale, et je ne pensais pas trouver celui-ci à 50% et… Bref! Peu importe, voici donc un jeu de plateau de James Kniffen et Henning Ludvigsen, avec des figurines, des cartes et un plateau géant.

Dans New Angeles, nous allons incarner les représentants des mégacorporations nous venant de l’univers riant et enchanteur d’Android netrunner. Il nous faudra gérer la grande cité, divisée en différents quartiers produisant diverses ressources, mais surtout des problèmes tout autres que l’établissement d’un barbershop pour hipsters. Pour nous aider dans cette tâche difficile, des cartes, de nombreux types, avec des pouvoirs associés aux catégories, et que nous piocherons en fonction de notre mégacorpo.

Vient ensuite la phase m’ayant incité à acheter le jeu; Celle de résolution des marchés, dans laquelle il nous faudra négocier afin de privilégier le bien publique, mais surtout nos propres objectifs vilainement égoïstes. Oui, le jeu n’est que semi-coopératif, et s’il est fréquemment compliqué de faire comprendre aux camarades ludovores de bien négocier en jouant le jeu, ma foi avec celui-ci, j’ai bon espoir! Nous jouerons donc nos cartes à ce moment, faisant de belles promesses, scellant des accords éternels en cherchant à imposer nos objectifs de manière subtile.

Arrivent ensuite une phase de production, durant laquelle les quartiers produisent des ressources, les punks viennent provoquer des troubles, des cybercriminels tentent de perturber nos actions, les pannes arrivent, bref, c’est là qu’il va falloir mettre de côté les possibles dissensions de la phase précédente afin de ne pas voir New Angeles sombrer dans le chaos. Régulièrement durant la partie, la population exprime des demandes spécifiques, qu’il faut honorer au plus vite. Pas de temps morts pour nos mégacorpos!

Tu discernes donc, ma p’tite patate, les nombreux moyens de perdre à ce jeu, et pour gagner, il faut posséder un plus fort capital qu’un ennemi juré ayant été secrètement désigné en début de partie. Si c’est notre mégacorpo qui est désignée, il nous faudra simplement dépasser le capital de deux adversaires. Le principe est plutôt sympathique, nous incitant à surveiller la moindre action des autres participant.e.s afin de leur faire de belles chacaleries, plus souvent que de raison, tout ça pour limiter les probables augmentations de capital. Du coup, le gameplay s’avère plutôt différent de ce qui se fait habituellement en semi-coopératif. J’ignore encore si la durée de vie du jeu sera respectable, mais il est clair que l’asymétrie et les effets de la négociation vont permettre de le sortir souvent.

4 commentaires sur “New Angeles, les manifs du futur

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :