Barrage

Coucou mes p’tites patates hydroélectriques! Alors oui, un jour prochain, je vous parlerai à nouveau de petites choses ludiques et légères, avec des durées de parties se comptant en dizaines de minutes. Mais là tout de suite, allons vers le lourd, le gros jeu expert de la fin du monde, avec la dernière création de Tommaso Battista, Simone Luciani et Antonio De Luca; Barrage!

Patate, Patate, c’est un deckbuilding? Non ma p’tite patate, tu avais une chance sur deux, je te l’accorde, c’est donc un placement d’ouvriers, avec bien entendu de la gestion de ressources, ici des gouttes d’eau, et de l’électricité. Sans doute en aura-tu marre de toujours retrouver les mêmes principes d’un jeu à l’autre, mais c’est sans compter sur le talent et l’expérience de nos illustres auteurs et autrices. Donc oui, placement d’ouvriers certes, mais enrobé par une thématique parfaitement intégrée dans un gameplay étonnement fluide et clairement réservé aux plus velu.e.s parmi nous.

L’ensemble tourne vraiment très bien, et comme toute bonne pépite ludique qui se respecte, assimiler les règles élémentaires est simple. Bien entendu, ce sont les séquences d’actions qui vont donner toute leur saveur à ce jeu. Pour ce faire, nous disposerons de plateaux aux capacités asymétriques, d’une roue individuelle permettant de lancer des actions d’envergure – après tout, c’est monsieur Simone « Tzolk’in » Luciani – un déploiement de structures diverses et variées sur le plateau central, permettant l’exploitation des gouttes perlant depuis les glaciers, via de nombreux bassins. Et pour compliquer notre poursuite de la production d’électricité, une bonne dose d’opportunisme sera nécessaire, car les barrages des un.e.s pourront bénéficier à celles et ceux en contrebas! Ajoutons encore la possibilité de compléter des contrats, obtenir des objectifs par-ci, par-là, et clairement, Barrage devient une grosse machine de guerre ludique, promettant de nombreuses sessions riches en expériences.

Je suis pour ma part épaté par la richesse du jeu, les vastes possibilités engendrées par ce mélange d’opportunisme pour positionner au mieux ses ingénieurs, et de possibles collaborations afin de faire gagnant-gagnant sur l’écoulement de l’eau entre différents barrages. Tout me semble – pour le moment – très harmonieux, mais je vois bien entendu que le jeu sera difficile à proposer à l’ensemble de la communauté. Ne serait-ce que par la profusion de matériel et la taille des plateaux. Pourtant je joue à Twilight imperium, et ma table était pensée à l’origine, comme un cadeau de mariage certes, mais surtout afin de pouvoir accueillir les monster games d’antan. Là coup sur coup, Endeavor arrive (d’ailleurs, un article est ICI), puis Barrage. C’est le fameux complot IKEA, cherchant à inciter les ludovores à toujours prendre de plus grandes tables!

Plus sérieusement, je vais d’entrée de jeu classer Barrage dans les pépites ludiques, et cela malgré les sempiternelles râleries concernant la « surproduction » ludique de ces dernières années. Je ne cesse de m’émerveiller face à ces créations audacieuses, car créer un jeu comme celui-ci reste un défi, et si en effet, la quantité et un certain manque d’originalité prévalent (et s’expliquent d’un point de vue économique), malgré tout, les belles boîtes se distinguent régulièrement, avec derrière des équipes créatives audacieuses et inventives. C’est vraiment pour des expériences ludiques comme celle-ci que je ne désespère jamais de ce bon vieux loisir!

4 commentaires sur “Barrage

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :