La Passion cathare, de Michel Peyramaure!

Afficher l'image d'origine

Coucou mes p’tites patates albigeoises! Alors là, pour moi, c’est un gros morceau! Ce roman, inclut dans une série écrite par Michel Peyramaure, et traitant de la croisade contre les Cathares,ce fut le premier roman historique que je lu, très jeune, peu après l’invention du papier, donc. Quel choc! Bon, pas de trolls, les épées semblent être des barres de fer sans aucune magie, les gens se battent et sont fatigués pendant trois jours, mais, le style de l’auteur aidant, voilà que je me retrouvais à m’ébahir en découvrant des chevaliers avec l’accent toulousain!

Le cycle de la Passion cathare est très bien écrit, Michel Peyramaure est un très grand auteur, spécialisé dans les romans historiques, et  ma foi, j’avoue que j’ai été bien plus transporté par ses livres que par le seigneur des anneaux, qui est fantastique, évidemment, mais où il manque quelques accents du midi! La passion cathare me parle d’autant plus car mon père m’a donné le goût et le sens de l’Histoire, et que nous avons visité tous les lieux décrits dans les romans, les sensations à leur lecture étaient donc appuyées par cette notion de concret.

Je ne vais pas vous parler de l’histoire, elle s’étale sur toute une vie d’un héros ordinaire, qui côtoie les personnages historiques de la croisade contre les albigeois, et vit les massacres, bûchers et trahisons. C’est assez classique de nous mettre dans la peau d’un témoin d’époque, découvrant en même temps que nous que les figures proéminentes sont de bêtes humains, avec des failles, que si les décisions sont prises par des individus influents, ce sont les mouvements lents qui ont le plus d’impact sur le cours des choses. Malgré les défaites, les massacres et injustices de ces bons vieux français du nord, le personnage central est une ancre, nous offrant un récit presque à contre-courant de ces déchaînements de violence. Tout se passe au XIIIème siècle, dans le sud de la France, l’auteur vit à Brive-la-Gaillarde, il connaît donc les lieux et nous restitue dans ses pages tout ce que l’on peut ressentir en visitant Albi ou les ruines de Montségur. Vraiment, la force de sa narration est impressionnante, et il est difficile de s’arrêter avant la fin.

8 commentaires sur “La Passion cathare, de Michel Peyramaure!

Ajouter un commentaire

  1. Bonjour,
    Pourquoi « Citadelles ardentes » ?
    Explication et rappel : le nom grec du feu est Pyr, d’où Pyramis, en égyptien Pyramide. Aussi les Pyramides étaient des Temples sacrés dans lesquels on se cachait et qui étaient construits de façon à en rendre l’accès impossible à ceux qui n’étaient pas initiés.
    Le mot Pyr est phrygien.
    Dans l’Edda suédoise, le feu est nommé fyr ou fur ; les Grecs, dit-on, prononçaient pyr comme nous prononçons pur.
    Il existait en Orient des Temples du feu qu’on appelait Pyres. Il s’agissait du feu symbolique représentant l’Esprit.
    C’est parce qu’il y avait des Temples du feu sur les montagnes qui séparent l’Espagne de la France qu’on les a appelées Pyrénées, et non parce qu’elles furent embrasées. Ces montagnes servirent de refuge aux femmes persécutées ; partout où elles étaient, celles-ci établissaient ce que, symboliquement, on a appelé le culte du feu, du Feu sacré.
    Pyrénée fut le surnom de la Vénus adorée dans les Gaules, et, du reste, la mythologie nous dira que Pyrène, fille du roi Babrycinus, donna son nom aux montagnes de l’Ibérie.
    Les Cathares : https://livresdefemmeslivresdeverites.blogspot.com/2017/07/lescathares.html
    Cordialement.

    J'aime

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :