Jouer des teenagers dans CàlT!

Coucou les sérivores! Le titre même de cet article doit vous faire soupirer d’exaspération, car dans vos esprits de sériphiles qualitatifs arrivent probablement les premières scènes de toutes ces séries spécifiquement calibrées pour le public des teenagers américains… Ah oui je sais, mes sérivores, les gens du futur, se demanderont pourquoi diable les producteurs des grands networks US prenaient leurs jeunes générations pour des crétin.e.s décérébré.e.s, dominés par leurs hormones! 

J’aborde le thème à travers le prisme américain, vous l’aurez compris, car c’est une production qui nous touche, occidentaux, et que ce modèle sociétal nous est imposé depuis longtemps. Les teenagers dans les séries, donc! Le genre de la série fantastique nous ponds mensuellement des élu.e.s devant réaliser des prophéties, sauver le monde, etc… Sauf que l’archétype de l’adolescent américain, incarné par de jeunes adultes, est invariablement présenté comme rebelle et en marge. Une rébellion de façade évidemment, car comme dans le monde de la publicité (et de la communication d’entreprise/ politique), la contestation est maîtrisée, anodine, mais vise suffisamment juste pour mobiliser l’attention, ici des teenagers. Les adultes sont présentés comme garants d’un ordre vieillissant, menacé, que seul l’ado peut sauver, ce qu’il fait en règle général, découvrant après quelques épisodes que devenir adulte implique de grandes responsabilités, et que l’ancien monde est plein de traditions nécessaires, super et géniales. 

Scénaristiquement très pauvres, les séries de teenagers comme Shadowhunters par exemple, pourtant tirée d’une série de romans, ceux de la Cité des ténèbres de Cassandra Clare, se résument à des structures très simples de confrontations, avec de vagues enjeux globaux mais sans aucune intensité dramatique – ce qui de fait, désamorce toute tentative pour impliquer l’audience, mobilisée uniquement par les rebondissements, très souvent sentimentaux, d’un épisode à l’autre. Tout le drama est concentré sur les personnages, utilisant les plus grosses ficelles émotionnelles afin d’entretenir une forme de suspense. 

En soi, la série pour teenager apparaît donc comme un produit sans grand intérêt sériphile, il ne faut cependant pas rejeter tout ce qu’elle peut nous apporter, en particulier dans un jeu du type Comme à la télé. Bien que la série The 100 puisse être considérée comme destinée à un public adolescent, la première saison tente d’amener une certaine dureté dans le monde entourant des teenagers jouant aux adultes. Des morts surviennent, de difficiles décisions doivent être prises, tout cela s’avère prometteur. Mais malheureusement, les personnages principaux retrouvent les travers habituels propres au genre, avec des changements de comportements irrationnels, des attitudes incohérentes face aux situations. Bref, la série, bien que toujours assez qualitative, est rattrapée par toutes les faiblesses des autres séries pour adolescents. 

Mais justement, il est donc possible d’en jouer! D’organiser des sessions de CàlT dans ces sérivers, avec l’optique d’incarner ces personnages totalement illogiques, incohérents et irrationnels, dominés par des pulsions semblant incontrôlables, le tout dans des univers fait de grosses ficelles scénaristiques. Prenons l’exemple de Wynonna Earp, un show de SyFy – spécialiste des séries fantastiques scénaristiquement légères – dans lequel une jeune femme doit affronter des revenants à coups de flingue magique, tout en vivant son quotidien à l’américaine. C’est très léger comme pitch de départ, mais guère plus qu’un show comme Supernatural, qui aligne les saisons en bâtissant sa propre mythologie sur la durée. A partir de ce modèle, rien de plus simple donc que broder une trame autour de jeunes élu.es, ayant des vies « ordinaires » – comprenez celles de la classe moyenne supérieure, c’est plus inspirant – et se retrouvant soudainement, de préférence sans aucune explication immédiate, plongés dans une tourmente d’évènements inexpliqués, fréquemment violents. Le but du jeu sera alors d’évoluer dans le cade du sérivers, et l’un des leviers du Metteur/euse en scène serait d’attribuer régulièrement des ● en récompense de réactions illogiques. 

  • Dans un tel sérivers, l’Audace serait privilégiée sur l’Action ou le Drama, les protagonistes réagissant instinctivement. 
  • La psychologie des personnages, serait changeante, en fonction des besoins de l’épisode, il faudrait donc que les participant.e.s soient prit de temps à autre en aparté afin de redéfinir leurs traits principaux.
  • L’intrigue principale, une menace physique, serait régulièrement parasitée par des interventions du quotidien; Relation romantique, familiale (conflictuelle), professionnelle (recherche d’un job). 
  • La série pour teenagers fait un grand usage du Mac Guffin, un objet aux pouvoirs mystérieux, débloquant toutes les situations – sauf si un autre, plus puissant, lui est opposé. J’en avais déjà parlé dans l’article Magie et phénomènes surnaturels (ICI), l’approche américaine est matérialiste, il est donc inutile d’aborder des aspects spirituels, autrement que par le biais d’obtention de Mac Guffins.
  • Si possible, mais cela peut s’avérer complexe, il faut instiller dans le sérivers des valeurs que nous associons généralement au monde publicitaire; Les protagonistes sont jeunes, rebelles, tandis que les antagonistes sont vieux, oppressifs. La majorité des séries pour teenagers utilisent un pivot narratif, amenant les faux-rebelles à comprendre et accepter le monde des anciens.

On le voit, jouer des teenagers dans CàlT peut être divertissant lorsque l’on s’inspire des nombreux exemples proposés par les networks américains. L’exercice peut également devenir pédagogique, lorsque l’on organise une session impliquant des adolescent.e.s. En effet, en commençant avec des personnages aux traits grossiers, qu’ils et elles s’amuseront à caricaturer, la possibilité de faire passer des messages n’est pas à négliger. A travers des choix complexes proposés par le Metteur/euse en scène, il est possible d’amener la réflexion. 

De la même manière, en session de team-building, incarner des adolescents américains est un très bon point d’entrée, amenant de la légèreté de façade, avant d’entrer dans le dur et devoir collaborer autour de problématique complexes, ramenant aux basiques du savoir-être. 

Nous pouvons donc déplorer que, fréquemment, la qualité des séries pour teenagers ne soit pas bien élevée, il n’empêche que leur potentiel reste fort, en particulier comme sérivers pour Comme à la télé. Il ne leur manque probablement qu’un bon showrunner… Et un changement général de la perception qu’ont les producteurs américains de leur jeunesse!

7 commentaires sur “Jouer des teenagers dans CàlT!

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :