Comic’addiction #17

Coucou mes p’tites patates crayonnantes! De retour avec un article sur mes lectures bédéphiles du moment, essentiellement du comic book, même si j’ai également un peu de bande dessinée européenne. Je retrouve ici le plaisir de lire des intégrales, car oui c’est amusant d’avoir les titres américains arrivant l’un après l’autre à coup d’une vingtaine de pages, mais à force de s’arracher les cheveux de manière mensuelle, il faudra bientôt penser à la greffe!

God country, de Donny Cates et Geoff Shaw : Un récit complet, une grosse bagarre proposée par Urban comics dans sa collection Indies, oui c’est un bon résumé, mais qui dit Donny Cates à la plume dit jolies ficelles scénaristiques, et ici pour cette histoire d’une famille ordinaire se heurtant à des divinités cosmiques, tout est basé sur l’émotionnel, le relationnel forcément compliqué, et contrairement aux scènes d’affrontement, un peu cataclysmiques, tout en finesse. Clairement sur ce titre, le rythme est fou, alternant des séries de cases où la violence des individus se mêle à celle des éléments, à des accalmies durant lesquelles il est possible de s’attacher aux protagonistes. Belle réussite à mes yeux, donnant envie de lire toujours plus de Donny Cates!

Et justement, j’en ai profité pour embrayer avec The Ghost fleet, également de Donny Cates, cette fois-ci avec Daniel Warren Jonhson. Encore du lourd, avec cette histoire de vengeance d’un ancien super agent, reconverti dans le transport de produits ultra-sensibles, et trahi par celui qu’il considérait comme son ami. Petite impression de Mad Max, les scènes sur la route étant démentielles, avant de basculer dans le surnaturel tendance apocalyptique. C’est vraiment du très bon, et en tant que rôliste, les idées avancées dans ce comic book sont très inspirantes, avec un twist à la Utopia. C’est encore chez Urban comics, côté Indies, et l’on pourra ne pas adhérer au style graphique, collant cependant très bien à cette histoire toute en nervosité.

Cette rubrique s’appelle « les mecs en slip« , je conclue donc avec la suite de HoX/PoX, pour lequel j’ai pondu un article, ICI, suite se nommant Dawn of X et regroupant tous les titres faisant suite à cette imposante introduction. Sans grande surprise, il y a du bon et du moins bons, mais le ton général se veut sombre à souhait, en nous montrant que même si les mutants ont une nation, ne se feront plus avoir par les autres humains et qu’ils préparent l’avenir, eh bien les problèmes surviennent, en cascade, partout. J’ai la sensation que, à la longue, tout cela finira par redevenir de la classique bagarre sans intérêt, mais en attendant, la mise en place des intrigues et des différentes équipes est réellement passionnante. Autant le reste de la production Marvel ne m’intéresse plus depuis des années, autant ici, le showrunning de Jonathan Hickman me plaît beaucoup.

Mes prochaines lectures seront plutôt orientées vers le fantastique et la pure science-fiction, le genre super-héroïque s’avérant malheureusement bien trop limité, même si j’ai apprécié la dernière itération de la Légion des super-héros, tout cela stagne un peu à mon goût, et il apparaît que la production pléthorique – plus encore lorsque mon habitude est de lire des choses relativement anciennes – offre une foultitude de possibilités d’évasions graphiques!

4 commentaires sur “Comic’addiction #17

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :