Masque of the red death!

Coucou mes p’tites patates gothiques! Ah, la glorieuse époque de TSR, et des suppléments pour AD&D arrivant en rafale, avec une qualité déterminée de manière aléatoire. Souvent, il faut bien le reconnaître, c’était du bon foutage de gueule, mais parfois, nous avions droit à de bonnes surprises, comme ce Masque of the Red Death, officiellement un supplément pour la gamme Ravenloft, mais clairement un nouveau décors de jeu. Nous étions alors en 1994, les donjonneux n’avaient pas la cote, et nous découvrions donc cette gothic earth ravenloftienne, inspirée pour son ambiance par les écrits d’Edgar Allan Poe.

Ici, nous sommes dans le 19ème siècle de la littérature horrifique. Mêmes monstres que dans le Ravenloft habituel, mais moins nombreux, plus inquiétants. C’est notre monde, en pleine période industrielle, où l’on peut croiser Van Helsing, Dracula ou Jack l’éventreur. Masque of the red death nous présente surtout une refonte d’AD&D afin de mieux incarner des personnages dans un monde moderne, le modern d20 avant l’heure. La magie est bien plus ritualisée, encore plus complexe à utiliser que dans la version originale de Ravenloft. En l’employant, on attire des forces malveillantes, ainsi que l’attention de la Mort rouge. La poudre existe, les sciences également, donnant quelques armes face aux intrigues de créatures qui ici sont toujours aussi terrifiantes, mais pas non plus omniscientes.

Une intéressante variation du décor horrifique pour donjonneux, amenant un peu de subtilité, voir même d’espoir, pour celles et ceux s’aventurant dans ce monde sombre, mais mieux connu que celui des brumes de Ravenloft. Les fondamentaux sont encore présents, les malédictions, la corruption et la tentation du Mal, mais les novices se plongeront bien plus facilement dans des aventures ancrées dans cette gothic earth, ayant de nombreuses références comme celles des films de la Warner, ou des séries de qualité tel que Penny Dreadful.

Une version d20 fut publiée dix ans plus tard sous le label Sword and Sorcery, apportant surtout du cosmétique et l’habituelle transition vers ce système. Le plus intéressant cependant fut la publication d’une Gothic earth gazetteer, supplément plein de choses utiles, parfois anecdotiques, mais donnant de la saveur et de la profondeur au décor. Des aventures seront publiées dans les Dungeon #61 et #71, la première implique un Frankenstein-like et n’est pas très intéressante, la seconde par contre mets en scène le Vaudou et la Nouvelle-Orléans, j’en garde un bon souvenir.

4 commentaires sur “Masque of the red death!

Ajouter un commentaire

Répondre à Clothilde Ramet Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :