Gen7, pas de 8ème passager, mais…

Coucou mes p’tites patates cryogénisées! Aujourd’hui, de la grosse boîte avec ce Gen7, de Steve Nixet non pas Stevie NicksDavid Auden Nash et Jen Santos chez Plaid Hat Games. Une bonne boîte bien pleine, cela fait plaisir, d’autant plus que l’on y trouve des enveloppes cachetées, amenant une saveur legacy bien plaisante.

Bon alors, Gen7! La thématique est science-fictionnesque; Nous sommes le septième équipage d’un vaisseau-génération, devant en compter treize jusqu’à son arrivée dans le système Epsilon-Eridani. Tout s’est bien déroulé pour les six générations précédentes, mais évidemment, pas de bol, les problèmes à gérer à bord de ce vaisseau vont être pour nous! Il va donc s’agir pour l’équipe de coordonner ses actions afin de résoudre des problématiques collectives, mais également individuelles. Car oui, si Gen7 est un jeu coopératif, intégré dans la même gamme d’Histoires de peluches, pour vous donner une idée du truc, il est également pourvu d’un système de progression personnel, permettant d’améliorer les capacités de notre personnage, à long terme pour le bien de l’équipage, mais sur le moment, les évènements pourront amener le classique dilemme Moi ou ma pomme?

C’est un jeu en mode campagne, dont les scénarios proposeront souvent des enchaînements de petits problèmes qu’il faudra résoudre en affectant ses équipes, représentées par différents dés incluant officiers et robots. Je précise également que les différentes équipes sont asymétriques et offriront encore des choix de jeu intéressants. Je mentionnais juste avant de petites problèmes, mais les aventures, plutôt classiques il faut le reconnaître, amèneront également des twists surprenants et de véritables défis pouvant coûter chers à l’équipage et au vaisseau. Pour faire simple, il existe neuf fins différentes à cette campagne.

Côté mécaniques, ça ronronne souplement avec du placement de dés, dont les valeurs ne seront pas souvent utilisées, et qu’il faudra affecter dans les différents compartiments du vaisseau, tant pour collecter/ dépenser les différentes ressources que pour récupérer des bonus, ou convoquer une réunion opérationnelle afin de prendre les rênes du pouvoir. Car oui, si la durée de partie est annoncée pour 120mn, les discussions à prendre collectivement vont être nombreuses et vitales pour la survie de tous, de ce côté-ci, je vois le jeu comme une super opportunité à proposer en entreprise, pour mon boulot.

Honnêtement, il me tarde d’éprouver toutes les possibilités de ce jeu, qui me rappelle les dizaines d’heures très plaisantes passées sur Gloomhaven (un article ICI). Gen7 est en quelque sorte plus léger, mais offre clairement un défi de bonne taille pour un groupe motivé à s’embarquer dans une campagne plus courte.

Il existe une extension, the Breaking points, permettant entre autre de jouer d’autres équipes et jusqu’à six… Vu que l’énorme quantité de matériel de base occupe déjà beaucoup de surface, je peine à m’imaginer ce que cela doit donner avec autant de participant.e.s!

4 commentaires sur “Gen7, pas de 8ème passager, mais…

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :