Meeples and Monsters, beware les p’tits gris!

Coucou mes p’tites patates en bois! Je dois bien admettre qu’au fil du temps qui s’écoule, mes goûts en matière de jeux se cristallisent autour de quelques notions et mécaniques, mais que, étant totalement corruptible, et ma morale ludique étant pour le moins diluée, je m’émerveille encore facilement face à une belle boîte, un beau contenu et des illustrations qui vont bien. C’est pour cela que lorsque AEG envoie ses messages pour demander si je suis intéressé par tel ou tel jeu, ma volonté de fer se met à fondre, et mon doigt boudiné clique sur le « yeah!« 

Et voici donc Meeples and Monsters, dernière réception en date, liée au partenariat avec Alderac Entertainement Group, un jeu de Ole Steinessmonsieur Champions of Midgard – avec des illustration par Gong studios. C’était un financement participatif sur Kickstarter, l’année dernière, je l’ai reçu en version reviewers, probablement donc le produit boutique. Et de quoi donc cela parle-t-il?


Dans Meeples and Monsters, nous allons devoir répondre à l’appel de l’aristocratie locale pour repousser des monstres, venant menacer jusqu’à la capitale. Nos quartiers généraux seront des auberges – normal pour des aventuriers – et notre force de frappe sera composée de… Paysans. Bah oui, on débute dans le métier de l’héroïsme, et ce sera justement un élément important du jeu; Aller transformer nos meeples blancs et pas très utiles (mais pas inutiles, cependant), en puissants guerriers, chevaliers, prêtres ou magiciens. Encore mieux, une fois notre auberge pleine de ces hardis personnages, il sera également possible de les faire monter en niveaux, pour toujours plus de bagarre! Et encore mieux, il sera également possible de développer des classes de prestige. Alors bien entendu, les monstres arrivant de partout augmentent également en puissance, et des boss vont se manifester. Autant dire que la partie sera serrée.

Outre le développement de ses meeples en meilleures versions d’eux-mêmes – comme on dit dans le développement personnel – il est possible de développer des bâtiments aux capacités plus intéressantes, compléter des quêtes en piochant régulièrement des cartes, et donc, d’aller affronter des ennemis aux portes de la cité. Certains de ces derniers offrent d’éventuels bonus, utilisables en cours de jeu, un peu comme dans le deckbuilding Thunderstone, lui aussi chez AEG, qui lance prochainement un nouveau kickstarter.

Et donc, a priori, tout cela nécessitera un plan sans accroc, soigneusement pensé et réfléchi. Mais non, mes p’tites patates! Car Meeples and Monsters est avant tout un bag building, un jeu dans lequel tous nos meeples durement gagnés seront enfournés dans un sac coloré, dans lequel nous ne pourrons en piocher que quatre à chaque tour! Alors oui, comme dans Orléans ou Hyperboréa, un objectif supplémentaire en cours de partie sera de purger son sac des meeples inutiles, afin de faire tourner les plus efficaces de nos aventuriers. Car, vous vous en doutez, régulièrement viendront se greffer à nos fiers compagnons, de vilains meeples corrompus par le Mal, totalement inutiles. Pire encore, au fur et à mesure de l’arrivée des monstres dans les différents quartiers de la cité, des paysans viendront rallier nos efforts à défendre les murs. C’est bien aimable, mais en cas de victoire, ils viendront ensuite dans notre sac, diluant un peu plus nos chances d’envoyer notre paladin niveau 3 au combat le tour suivant. Pour une partie se jouant en 90 minutes, autant dire bye bye aux stratégies soigneusement planifiées!


Bon alors, Meeples and Monsters, c’est bien? Ma foi, c’est plutôt pas mal. Vous n’aurez probablement pas les cheveux qui se hérissent, ni l’envie d’arracher votre t-shirt en hurlant à la lune – gage d’excellence ultime d’un jeu, selon les experts – mais ça tourne vraiment bien, avec pas mal de possibilités et de choses à faire, en fonction d’objectifs nous emmenant sur des tactiques différentes. L’interaction est plutôt froide, c’est du bag building classique, les amateurs et amatrices apprécieront, celles et ceux ne connaissant pas, également, et les réfractaires passeront leur chemin. J’émet un doute sur la durée de vie du jeu, en me doutant bien que l’éditeur ne tardera pas à prolonger celle-ci à grand coup d’extensions. Avis positif donc, pour un jeu n’apportant clairement rien au schmiliblick, mais dont la mécanique tourne très bien, avec une bonne dynamique durant la partie, et comme toujours, du bien joli matériel!

3 commentaires sur “Meeples and Monsters, beware les p’tits gris!

Ajouter un commentaire

Répondre à Jean-Mi des étoiles Annuler la réponse.

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :