Underwater city, la vie sous cloche

Coucou mes p’tites patates subaquatiques! J’étais pourtant persuadé d’avoir parlé de ce jeu, mais non! Je vous touche donc deux-trois mots du bien sympathique Underwater city, de Vladimír Suchý, Uildrim et Milan Vavroň, chez Delicious Games. Ici, point de voyage vers une autre planète voisine, afin d’y faire pousser des arbres ou je ne sais quoi d’autre, non, dans Underwater city, nous allons faire trempette dans les fonds marins, la surface ayant été polluée par on ne sait qui.

C’est du jeu à combos de cartes, il faudra aller chercher celles-ci un en piochant au hasard, puis aller se placer le plus rapidement possible en les utilisant judicieusement, pour dépenser le moins de ressources possibles, faire des actions permettant de se développer sur son plateau personnel, en bâtissant des dômes habitables, des fermes, des usines ou des laboratoires. Oui, le jeu aurait pu s’appeler Terraforming-les fonds-marins… Mais ça ne rentrait pas sur la boîte. Bien entendu, les similitudes avec Terraforming Mars (un article ICI) apparaissent très vite, avec la même problématique du piochage aléatoire de cartes, encore une fois essentielles dans le jeu, mais pouvant vous faire perdre un temps précieux, voir, gâcher votre partie. Au-delà de ce défaut, très fréquent dans les jeux modernes, Underwater city tourne très bien; On croise les doigts pour avoir encore le sas où l’on veut jouer ce tour-ci, on réfléchit aux activations en cascades de ses cartes, on recompte nos ressources disponibles. Le jeu est en même temps fluide et calculatoire, avec pas tant de tours que cela, et une importance capitale à se positionner premier ou première. Pas mal de tension donc, mais pas le temps non plus de chercher à nuire aux autres – ce qui en soi, est très mal – chaque action va compter, car outre sa cité sous-marine qu’il va falloir construire, ce seront bien les cartes de contrats qui rapporteront beaucoup de points à la fin. Les prendre trop tardivement limite les possibilités de maximiser les points, trop tôt, ma foi, cela donnera une indication très clair aux autres sur ce que vous allez faire.

Personnellement, je le préfère à Terraforming Mars – en ne comparant que les jeux de base – dans lequel je retrouve bien trop d’aléatoire, ainsi qu’un avantage à l’option mégacrédits. J’ai moins joué à Underwater city, mais si les problèmes sont les mêmes, il y a un meilleur équilibrage, en particulier sur les différentes manières de marquer des points. Tandis que j’hésiterai vraiment à rejouer à TM, cela me fera plaisir de faire une partie annuelle de celui-ci. Attention cependant, les deux sont des incontournables, à essayer plusieurs fois pour en tirer leur substantifique moelle, leur part d’aléatoire ne convient pas à mes goûts ludiques, mais ce sont de bons jeux intermédiaires, pouvant se joueur en 2 heures avec un peu de pratique.

Underwater city, outre ses combos de cartes, est en outre très plaisant visuellement, avec ses dômes, ses empilements incertains de disques colorés. Sans surprise, plusieurs options afin d’améliorer le matériel en carton existent un peu partout, rendant l’expérience ludique encore meilleure. Vraiment un jeu que je vous recommande!

2 commentaires sur “Underwater city, la vie sous cloche

Ajouter un commentaire

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Créez un site ou un blog sur WordPress.com

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :