La quête d’Erekosë, de Michael Moorcock

THTRNLCHMB1992

« Nous avons besoin de toi. Les Chiens du Mal règnent sur un tiers du monde et la race humaine est épuisée de leur faire la guerre. Viens, Erekosë. Conduis-nous à la victoire. Des Plaines de Glace Fondante aux Montagnes de la Douleur, ils ont planté leur étendard corrompu, et ils arrivent !
– Je ne peux pas venir. Je suis enchaîné dans l’Espace et le Temps. Un gouffre nous sépare…
– Père, ceci n’est qu’une tombe vide. Même la momie a disparu. Rentrons à Necranal et rassemblons les vivants.
– Songe aux serments passés. Tu as juré de revenir, s’il le fallait, pour trancher les querelles des hommes. Lève-toi, Erekosë. Tu es le ravageur, le Saigneur, l’Enragé. Les cavaliers de la mort t’attendent. Prends leur tête et galope ! galope ! galope ! »
Je devins lourd et titubai. La force me parcourut. J’étais devant eux en chair et en os. J’étais leur dieu et j’étais revenu.

Coucou mes p’tites patates éternelles! Oh oui, toi livrophile, ne fuis pas en lisant ci-contre le nom de Michael Moorcock! Car en effet, sa plume n’est peut-être pas la plus incroyable parmi celles de nos auteurs et autrices, mais tout de même, le bonhomme a su imposer des concepts passionnants, et ma foi, certains de ces romans continuent à m’emporter sur les pas de héros tourmentés, à travers des mondes absurdes.

Le cycle du champion éternel, souvent nommé la quête d’Erekosë, une énième variation de cet anti-héros bringuebalé d’une réalité à l’autre par ce fichu destin, qui le fait bien souffrir. La particularité d’Erekosë est qu’il se souvient de ses précédentes incarnations, ce qui se résume à une longue succession de massacres et de pertes. Oui, pas trop top la vie de champion éternel.

Le cycle se décompose en trois ouvrages et débute avec un Erekosë tout chamboulé par ses souvenirs de John Daker, arrivant tout droit de ce bon vieux vingtième siècle pour se retrouver coincé comme champion de l’Humanité, qui se trouve menacée par un peuple terrifiant de sorciers et sorcières. Ni une ni deux, le champion entame une nouvelle fois son œuvre, pour finalement découvrir que les choses sont un peu plus compliquées que ce qu’elles paraissent. Dans Phoenix in obsidian, le second tome, Erekosë se nomme Ulrik Skarsol et doit combattre les mystérieux guerriers d’argent tout en cherchant à retrouver son amour perdu à travers le multivers, Ermizhad. Ces deux premiers tomes de la Quête furent écrit dans les années 70 et forment une très bonne introduction aux grands principes formant la création de l’auteur. John Daker s’en prend plein la figure mais s’avère moins geignard que les autres avatars du champion éternel, il parvient en quelque sorte à maintenir un équilibre entre sa part humaine et sa nature magique, quasi-divine. Le tome trois sera écrit quinze ans plus tard et montre l’évolution de Michael Moorcock dans son style. Bien plus de personnages, un univers plus complexe, plus étrange également, et surtout, des dizaines de romans comme trame de fond, nourrissant cette conclusion d’un cycle qui n’était au départ qu’une simple nouvelle.

Durant deux décennies, nous aurons pu voir apparaître Erekosë dans les autres cycles de l’auteur, intervenant auprès de ces autres incarnations mais restant bien mystérieux sur ses propres périples, il nous parlera cependant de Tanelorn, où il doit enfin la paix, et sera le seul des champions à ne pas cheminer en présence d’un compagnon. Si ses aventures pourront parfois ressembler à celles d’un Elric, d’un Corum ou d’un Hawkmoon, Moorcock aura su avec lui retranscrire le poids harassant d’une destiné hors norme pesant sur les épaules de ce qui s’avèrera être le plus humain des champions éternels.

17810

2 commentaires sur “La quête d’Erekosë, de Michael Moorcock

Ajouter un commentaire

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s

Propulsé par WordPress.com.

Retour en haut ↑

%d blogueurs aiment cette page :